Top Stories

Le ministre de la Culture et du Tourisme, Javier Ortega, a présidé aujourd'hui la session plénière du Conseil autonome du tourisme, accompagné de la directrice générale du tourisme, Estrella Torrecilla. Dans le cadre de cette session, Ortega a avancé que le ministère prépare le plan d'action pour la réactivation du secteur du tourisme en Castille et León 2021-2023, qui aura la collaboration du secteur du tourisme pour définir conjointement les lignes de travail et les mesures pour faire face à la situation actuelle du tourisme dans la Communauté. De cette manière, il a été convenu de mettre en place des groupes de travail avec les différents sous-secteurs pour avancer dans la préparation de ce plan, avec l'intention qu'il puisse être présenté en mai prochain, une fois convenu avec l'ensemble du secteur.

Le conseiller a souligné que l'un des objectifs fondamentaux est de réorienter et d'adapter la stratégie touristique de Castilla y León au nouveau contexte pour répondre aux défis posés par le marché du tourisme à court et moyen terme. En ce sens, il a assuré que la crise «a brutalement affecté les entreprises et les indépendants du secteur et qu'il est donc essentiel d'établir une stratégie de réactivation conjointe, avec une méthodologie participative entre le secteur privé et les différentes administrations, donc nous aurons les idées , propositions, suggestions et contributions de tous les sous-secteurs touristiques de notre Communauté afin de pouvoir, ensemble, concevoir et mettre en œuvre le plan de réactivation qui convient le mieux à notre territoire. Un plan dans lequel nous devons tous être généreux et penser le bien général plutôt que le bien particulier ».

Ces derniers mois, le Ministère, en collaboration avec TURESPAÑA et l'OMT, a travaillé sur une analyse de l'évolution du tourisme à l'échelle internationale, nationale et régionale et sur une étude des tendances et des scénarios de reprise, qui serviront de base à la conception des mesures qui composeront le plan d'action qui se configure autour de 4 axes. Le soutien et l'amélioration de la compétitivité du secteur du tourisme sont recherchés; encourager la stimulation de la demande et l'attractivité de la destination; la promotion, la communication et le soutien à la commercialisation et, enfin, la gouvernance et la gestion durable de la destination.

Le Conseil a actuellement le Plan stratégique du tourisme 2019-2023, mais, même s'il est en vigueur, la situation de crise dérivée du COVID-19 rend nécessaire de le revoir, de le mettre à jour et de l'adapter à la situation économique et touristique mondiale qui se produit. vit aujourd'hui. Dans les circonstances actuelles, le conseiller a souligné qu'il ne s'agit pas de rechercher de nouveaux objectifs pour le législateur en matière de tourisme, «mais de savoir évoluer, être résilient et s'adapter à des situations différentes et inattendues. Nos objectifs de l'Assemblée législative de 2019 étaient fondés sur des certitudes, sur lesquelles nous avions une base sur laquelle travailler. La situation d'incertitude à court et moyen terme à laquelle nous sommes actuellement confrontés nous empêche de disposer de cette base pour faire une approche objective ». Pour toutes ces raisons, il a insisté sur la nécessité de compter sur la collaboration et les contributions de tous les sous-secteurs pour explorer quelles seront les voies de réactivation, «puisque c'est plus nécessaire que jamais et maintenant c'est essentiel pour Castilla y León réduire la disparition de nos entreprises touristiques et maintenir en vie l'attention du touriste à notre destination ».

Passeport européen de vaccination

En revanche, lors de la réunion, la situation du passeport européen de vaccination a été discutée. À cet égard, le conseiller a veillé à ce que pour Castilla y León, une communauté qui vit principalement du tourisme national, il est essentiel que le passeport de vaccination puisse être utilisé pour les mouvements touristiques à l'intérieur du pays. En ce sens, il a souligné que la possibilité d'établir des couloirs touristiques entre les communautés autonomes qui ont un niveau d'immunité significatif de leurs citoyens pourrait être étudiée, ayant vacciné un grand pourcentage de la population.

tourisme-696x437.png

Source: Segoviaudaz

Cuéllar est une autre des milliers de municipalités qui, dans des conditions normales, auraient eu des chiffres touristiques spectaculaires à Pâques. La pandémie laisse cependant des statistiques atypiques pour les dates, mais dont on peut tirer des conclusions positives. Ceci s'explique par la maire du Tourisme, Maite Sánchez, qui estime que malgré les négatifs, il est temps d'être fier du travail qu'ils ont accompli depuis l'Office du Tourisme.

Plus précisément, environ 2.0076 1.475 personnes y sont passées; Cela ne veut pas dire que tous ont consommé des produits touristiques, en fait, 71 10 personnes l'ont fait. «Cela se traduit par un très bon taux de consommation de 7%, ce qui signifie que sur 20 personnes, nos ouvriers en ont retenu XNUMX», précise le maire, félicitant les guides pour leurs efforts. «Cela a été beaucoup de travail, ces données signifient que des groupes de six personnes sont passés toutes les XNUMX minutes», explique-t-il. Comme il n'y a pas encore de visites théâtralisées - elles ne reprendront que l'été - les plus consommées ont été à la fois la visite du Château et le pack de visites guidées du Château, des murs et du Centre d'Interprétation mudéjar.

En quelques jours, du 25 mars au 5 avril, 801 billets pour le château et 259 packs complets ont été comptés. La semaine précédente, 415 entrées et 30 au mur ont été comptées. Le maire commente également que le jour du plus grand flux était le Jeudi Saint, quelque chose à souligner, ainsi que les origines. "Le plus grand nombre de visiteurs est venu du nord de Burgos, ce qui signifie que les campagnes lancées au Pays basque ont atteint Burgos", souligne-t-il. Valladolid et Palencia ont été deux des origines les plus répétées de nos jours. Le fait le plus frappant que le conseiller Sánchez voulait souligner est que la majorité des visiteurs venaient de zones rurales et non de villes, ce qui suggère que les visites aux membres de la famille au sein de la communauté ont également conduit à des visites à Cuéllar.


L'exposition d'images de la Semaine Sainte, pour laquelle ils ont collaboré avec la paroisse et le conseil des confréries, a été un succès pour les visiteurs et l'organisation. La maire a tenu à remercier à la fois pour leur bonne volonté, leur coordination, et pour avoir permis l'ouverture des églises, puisque le conseil a décrété qu'elle cessait d'être de sa compétence quelques jours avant les vacances, selon ses propos. Maite Sánchez a également tenu à remercier le travail de l'équipe Culture de la Mairie, qui a permis au résultat final de l'exposition d'être un succès.

Le conseiller assure que ces données "ne nous permettent pas d'être heureux car le tourisme n'augmente pas comme ça, avec des chiffres très bas", mais reconnaît que "beaucoup de personnes sont arrivées auxquelles on ne s'attendait pas, comme le tourisme à Burgos", qui espère maintenir et développer. La commune espère que face à la saison estivale, les statistiques parlent d'une reprise progressive.

 1.-tourisme-semaine-sainte-web-696x380.jpg

Source: l'Adelantado de Segovia 

Le conseil municipal de Riaza, qui gère la station de ski de La Pinilla, envisage de contribuer ses propres fonds aux installations, cherchant à établir un projet viable à long terme. Ce serait la première fois dans l'histoire du complexe hivernal que la commune de Riazano allouerait ses propres ressources à La Pinilla. Comme on s'en souviendra, le conseil municipal de Riaza a convenu il y a quelques années avec les anciens propriétaires (Junta de Castilla y León, Diputación de Segovia et Caja Segovia) de prendre en charge la gestion et l'évolution de la gare, en tant que connaissance directe de les besoins de la vallée de Riaza.

Par conséquent, le conseil municipal susmentionné est l'unique propriétaire de la station, où tous les membres de la société font partie du conseil d'administration, auquel appartient également le conseil municipal de Cerezo de Arriba, un terme dans lequel La Pinilla est située, représentée par votre maire.

C'est précisément la dernière session du conseil d'administration qui a étudié la possibilité pour le conseil municipal de fournir des fonds financiers, soit par prêt, soit par capital, au complexe de La Pinilla, pour travailler sur un futur projet avec des activités tout au long de l'année. juste en hiver. Le maire de Riaza, Benjamín Cerezo, a confirmé à ce bureau de rédaction que la municipalité envisage la possibilité de financer La Pinilla, bien que cette décision devra être acceptée et approuvée par la session plénière municipale.


De même, le porte-parole du groupe socialiste au Consistoire, Andrea Rico, également membre du conseil d'administration de La Pinilla, qui a souligné la situation de trésorerie «délicate» que traverse le complexe de La Pinilla, en raison des mauvaises saisons L'hiver des deux dernières années, auquel s'ajoutent les restrictions dues à la pandémie de coronavirus.

Andrea Rico a expliqué qu'il s'agit de réaliser un projet d'avenir, de survie et de stabilité de la station tout au long de l'année. «Il faut travailler sur la diversification et l'optimisation des ressources. Ce n’est pas une question de temporalité, mais d’avenir ».

La station de ski de La Pinilla a clôturé la saison 2020-21 le 26 mars, avec seulement dix jours ouverts, dans une campagne que l'on peut qualifier de mauvaise. Face à cette situation, le maire de Riazano a commenté il y a quelques jours que La Pinilla est déjà prête à démarrer les compétitions et les itinéraires dans la modalité bike park, une ressource importante pour la station, qui rassemble chaque année de nombreux fans. La Pinilla offre, en plus de son emplacement, un ensemble d'installations et un personnel hautement qualifié qui sont le complément idéal aux besoins spécifiques pour la production d'événements à fort impact et spectaculaires.

Bike_park.jpg

Source: l'Adelantado de Segovia 

Le Conseil provincial de Ségovie va lancer une nouvelle campagne institutionnelle qui, sous le slogan «Nos peuples, notre force» a été présentée ce matin par le président de l'institution provinciale, Miguel Ángel de Vicente. Le Patio de Columnas du Palais provincial a été le cadre choisi pour le lancement de cette initiative qui a fait des villes et de leur peuple les protagonistes de la force de la province à surmonter la crise.

La campagne vise à être la continuation du message qui a été transmis par l'institution provinciale pendant des années, ainsi le 'Nos peuples sont notre travail' évolue pour "remercier ces peuples, avec leurs maires, conseillers et voisins, qui ont été un exemple dans l'une des périodes les plus difficiles que nous ayons eu à vivre en tant que société "a souligné De Vicente, qui a souligné que la précédente a été" l'une de ces campagnes qui ont profondément pénétré notre société, d'abord parce qu'elle est simple et, deuxièmement, parce qu'il n'y a rien de plus certain que le travail que nous faisons du Conseil provincial soit par et pour les peuples de notre province. "

Avec la présentation de la nouvelle campagne, l'institution provinciale entend «aller plus loin car tout au long de notre histoire, nos peuples, avec leur peuple, ont toujours su puiser cette force nécessaire pour surmonter les crises» le président a eu un impact sur que "nous sommes une terre de châteaux et de Castillans, d'ouvriers et de combattants infatigables, nous sommes une terre de dépassement et 2021 sera une année pour ressusciter, ce sera une année de lutte pour nos peuples et leurs voisins, et de la Conseil provincial de Ségovie, nous voulons être à ses côtés et mettre en valeur cet esprit qui est si le nôtre ».

Le nouveau logo représente nos murs, nos forces, à travers une ligne forte comme un reflet clair de notre caractère. Un personnage qui est parfaitement montré dans les sept protagonistes de la campagne audiovisuelle car "ils ne sont qu'un exemple de toutes les bonnes choses que nous avons et qui nous feront à nouveau faire l'histoire ensemble" comme l'a exprimé Miguel Ángel à propos de Vicente, qui a voulu de personnaliser en chacun d'eux "la passion d'Ana Herrero, l'illusion d'Elisa, le sourire de José Antonio, la persévérance de Lucía, l'initiative d'Ana Goya, le talent de Diego, la capacité de Javier et l'engagement à la terre de Guillermo "parce que, comme indiqué" tous incarnent les valeurs qui nous ont fait arriver ici, ils représentent chacun de ceux qui ont décidé de parier sur la province de Ségovie pour la faire grandir de l'intérieur ".

La campagne est composée de sept courtes vidéos qui racontent l'engagement envers notre province des sept protagonistes de différents prismes socio-économiques: culture, tourisme, sport, entrepreneuriat ou secteur primaire; et une vidéo finale qui rassemble toutes ces petites histoires dans un fil conducteur qui mène à un message plein d'énergie positive. Ce matériel audiovisuel est également soutenu par des affiches qui suivent la même ligne d'action, avec des messages clairs et directs issus des propres déclarations des protagonistes.

Pour conclure, Miguel Ángel de Vicente a avoué que "regarder les vidéos et connaître ces histoires m'a rendu très fier de pouvoir compter sur chacun d'eux comme paradigme de ce que nos peuples représentent, et je tiens à les remercier d'avoir parié. sur la province, pour avoir décidé de rester, car si nous avons besoin de quelque chose ici, ils sont courageux de prendre les rênes pour être à nouveau victorieux. " Et il a conclu par une promesse: "dans la limite de nos possibilités, vous nous rapprocherez en tant qu'institution pour vous faciliter le chemin."

Dipu.jpg

source: Diputación de Segovia

Dans le but de protéger l'identité et le patrimoine de Puerto de Navacerrada et, ainsi, de préserver ses contributions historiques, culturelles, sportives et environnementales, le professeur de ski de Ségovie et auteur du livre `` Hijos del Guadarrama '', María Jesús Martín Merino a présenté ce Lundi 5 avril, dans le registre de la subdélégation du gouvernement de Ségovie, une instance adressée au ministère de la Culture de la Junta de Castilla y León pour l'ouverture d'un dossier administratif à déclarer comme `` bien d'intérêt culturel '' (BIC) au port de Navacerrada.


La Fédération des sports d'hiver de Madrid a convoqué une réunion dans le port ce dimanche pour montrer son mécontentement face au projet de fermeture des pistes des stations de ski d'Escaparate, Telégrafo et El Bosque par l'État, dans lequel il a déjà été communiqué que des mesures juridiques sont à l'étude pour empêcher la fermeture de la station.

Ski-Station-Navacerrada-Concentration-Support.jpg

Source: l'Adelantado de Segovia

 

La cinquième saison de la célèbre série télévisée «La casa de papel» comprendra des scènes tournées à Ségovie, en particulier dans les environs et dans le même réservoir de Pontón Alto où ce 31 mars, une équipe d'environ 50 personnes enregistre différents plans, essentiellement avec des figurants dans le rôle de la police nationale. Les emplacements ségoviens rejoignent ainsi ceux déjà enregistrés au Danemark, au Portugal et dans d'autres régions d'Espagne.

Tout au long de la journée, il y a eu des spéculations sur la présence à la place de l'acteur, Álvaro Morte, (le professeur), même si la vérité est que cette salle de rédaction n'a pas été en mesure de confirmer sa présence et ni le producteur, Vancouver, n'a voulu fournir tous les détails du travail en cours. "Nous ne donnons jamais d'informations sur notre tournage", ont-ils condamné en réponse à acueducto2.com.

Les travaux restés à l'affiche ce mercredi à Ségovie se sont principalement concentrés sur des clichés pris dans les tunnels et les entrées du mur du réservoir de Pontón, avec des figurants qualifiés de policiers nationaux dans une succession de scènes suggérant la reproduction d'une poursuite policière de l'un des personnages principaux de la série. Différents véhicules et voitures de police ont également été amenés sur les lieux.

Quelle est la série en langue non anglaise la plus regardée au monde garde ses fans en haleine après, à la quatrième saison, toutes les intrigues étaient complètement ouvertes. El quinto ciclo que aún se está produciendo y no tiene fecha oficial de estreno —los sucesivos rumores en los últimos meses han situado ese momento en abril, después en el principio del verano y posteriormente en agosto, aunque lo cierto es que ninguna fecha está confirmada — debería ser el que cerrara definitivamente la serie al tratar del “Atraco definitivo” según declaraciones atribuidas a su creador y director, Álex Rodrigo, que en esta ocasión estaría preparando una temporada más larga que las anteriores, con diez capítulos de una hora de duración chacun.

Ce que Netflix a annoncé il y a longtemps, c'est l'incorporation de nouveaux acteurs dans le casting, entre autres, Miguel Ángel Silvestre et Patrick Criado, qui rejoindront l'équipe déjà connue qui forme le groupe de voleurs avec Úrsula Corberó (Tokyo); Miguel Herrán (rivière); Itziar Ituño (Lisbonne); Darko Peric (Helsinki); Hovik Keuchkerian (Bogotá); Jaime Lorente (Denver); Rodrigo de la Serna (Palerme); Belén Cuesta (Manille); Esther Acebo (Stockholm); ou Luka Peros (Marseille), et même l'incontournable Pedro Alonso (Berlin), toujours en flasbacks. L'intrigue maintient d'autres personnages joués par Enrique Arce; Antonio Romero; Fernando Cayo ou Najwa Nimri.

Prise de vue.jpg

Source: Aqueduct2

Combien de châteaux y a-t-il à Ségovie? Dans le groupe Facebook Segovianos por el Mundo, la question a été soulevée et pour le moment il n'y a pas de consensus clair. 32, 9, 15? Naturellement, cela dépend de ce que l'on entend par «château». La définition de la RAE fait référence à «un lieu fort, entouré de murs, bastions, douves et autres fortifications» ... Par affinité, les châteaux sont aussi les parties du cadre défensif qui ont survécu au passage du temps, les palais fortifiés, les murs, accès aux portes, volets ...

Le site spécialisé Castillos del Olvido recensement à Ségovie pas moins de 60 environnements cataloguables qui correspondent à la définition, certains ont été laissés dans les fondations, d'autres correspondent aux cadres défensifs de la guerre civile. Parmi ceux-ci, nous en avons sélectionné 13 qui traversent toute la géographie provinciale, témoins exceptionnels de notre histoire.

castlecollardestacada-160x160.jpg

Source: Aqueduct2

Les palais royaux de La Granja de San Ildefonso et Riofrío, et le monastère de Santa María La Real de Las Huelgas, sont les sites royaux de Castilla León qui prolongent les itinéraires de leurs visites touristiques cette semaine sainte dans le cadre de la campagne "Patrimoine national extraordinaire" , Qui se déroulera jusqu'au 4 avril, informe Ical.

Au Palais Royal de La Granja de San Ildefonso, à Ségovie, le public pourra connaître en détail la précieuse série de tapisseries "La Passion du Christ"; et au Palais Riofrío, vous aurez l'occasion de participer à une explication sur la relation de la forêt de Riofrío avec la Sierra de Guadarrama. De plus, le visiteur pourra découvrir le sentier écologique du Mirador de Riofrío. Dans le monastère de Santa María La Real de Las Huelgas, à Burgos, le visiteur aura un accès exceptionnel à la chapelle de San Juan.

De cette manière, le Patrimoine National souhaite contribuer à la revitalisation du secteur touristique du pays à l'occasion de la Semaine Sainte, à l'heure du confinement périmétrique par COVID-19.

En ce sens, des contrôles de capacité et l'utilisation obligatoire du gel et du masque ont été mis en place, entre autres mesures, conformément aux directives et recommandations sanitaires de l'État et des communautés autonomes respectives dans lesquelles les Sites Royaux sont situés, ainsi que le fait déjà depuis sa réouverture en juin 2020.

En plus de cette campagne extraordinaire, le public pourra continuer à bénéficier de la campagne de 50% sur le prix du billet qui a débuté en octobre 2020 et se terminera le 9 mai, lorsque l'état d'alerte s'est calmé.

La précieuse série de tapisseries de «La Passion du Christ», appartenant à la collection de l'empereur Carlos V et élaborée par Pieter de Pannemaker, est l'offre extraordinaire du Palais Royal de La Granja de San Ildefonso. Ce rembourrage extrêmement riche en fils d'or et soies teints avec d'excellents colorants naturels est un échantillon de l'expertise et du savoir-faire du tapissier bruxellois susmentionné, qui traduit avec brio les caricatures de Bernard van Orley, un peintre fortement influencé par Dürer et Raphael, aux toiles . Ces tissus étaient le cadeau de mariage de Carlos V à sa femme Isabel du Portugal.

À l'intérieur du monastère de Santa María La Real de Las Huelgas, la chapelle de San Juan Bautista consacrée en 1279 est ouverte au public, c'est l'une des plus belles chapelles du monastère, elle a une décoration riche et les données précises de sa construction peut être lu dans deux inscriptions sur des pierres tombales. La visite a lieu le jeudi matin et le week-end en horaire complet.

Dans le Palais Royal de Riofrío, une explication de la relation entre la forêt de Riofrío et la Sierra de Guadarrama est présentée comme une nouveauté et sous la responsabilité de Guardería. En outre, le chemin du Mirador de Riofrío a été ouvert, un itinéraire familial avec accès gratuit et itinéraire circulaire, d'une longueur de 1,5 km. Le chemin dispose d'une signalisation à jour et d'une signalisation informative, ce qui vous permet de suivre l'itinéraire sans soucis et de découvrir les secrets naturels et architecturaux de cette enclave unique.

Les Sites royaux et patrons du patrimoine national, situés dans quatre communautés autonomes différentes, ont enregistré un total de 12.249 XNUMX visiteurs lors du premier week-end de la campagne «Patrimoine national extraordinaire».

Le monastère royal de San Lorenzo de El Escorial, avec plus de 3.000 personnes, a été le monument le plus visité de ce week-end "extraordinaire", suivi du palais royal d'Aranjuez avec 2.405 visiteurs et du palais royal de Madrid, avec 2.071 visiteurs . Jusqu'à présent, le patrimoine national a reçu la visite de 67.548 XNUMX personnes en mars qui souhaitaient découvrir le patrimoine de chacun.

Les jardins du patrimoine national ont également été les protagonistes ce week-end, accueillant 24.192 personnes qui ont cherché à profiter des loisirs de plein air, selon le système de comptage des visiteurs mis en place dans neuf des espaces verts de l'institution. Le Jardín de la Isla, à Aranjuez, a été l'espace vert le plus visité avec 9.795 personnes, suivi du Parque de la Casita del Príncipe à El Escorial, avec 4.028 personnes, et des Jardines de La Granja à Ségovie, avec 3.702 personnes.

Palacio_Riofrío_SS.jpg

Source: Segoviaudaz

L'étude du site Canto-Los Hierros, à El Espinar, a révélé l'existence de plusieurs camps romains du 135er siècle avant JC dans ses environs, probablement des troupes dirigées par Jules César lors de l'avancée de la conquête romaine de l'Hispanie. C'est un site d'une superficie de XNUMX hectares dans lequel les restes d'une colonie indigène ont été identifiés avec quatre sections de mur situées au sommet d'une grande colline, située à seulement trois kilomètres de la zone urbaine d'El Espinar , entre les provinces de Ségovie, Madrid et Ávila.

Comme l'explique le directeur du projet, l'archéologue Iván Aguilera, dans une interview, tout a commencé en 2016, lorsque dans le cadre du programme Atajo, deux lignes de mur ont été découvertes et les restes de près d'une centaine de maisons avec des caractéristiques similaires à d'autres pré- Établissements romains du système central tels que Castro de Ulaca, à Ávila.

Au fil du temps, les chercheurs se sont méfiés de l'existence possible dans ce même lieu de camps romains dans une période postérieure à ces populations indigènes, pour lesquelles plusieurs études ont été menées à cet égard.

Dans un premier temps, une analyse de la zone a été réalisée avec un système de détection à distance LIDAR, qui a permis de prendre des images du terrain avec un haut niveau de détail grâce à la technologie laser, et a révélé l'existence de structures associées à ces camps romains.

La vision à grande échelle a également permis aux chercheurs de connaître la surface réelle du gisement: «Nous avons pu corroborer le gisement, les structures que nous avions détectées en 2016 et ajouter plus de maisons et de murs, nous sommes donc passés de 70 hectares à 135 ", raconte Aguilera.

Un relevé direct du terrain à la fin de l'année dernière a finalement confirmé l'existence d'au moins deux camps romains du milieu du Ier siècle av. Après la découverte de certains matériaux, tels que des punaises des sandales et des pointes de flèches des légionnaires romains. Selon cette étude, la première colonie indigène a été construite au 5.000ème siècle avant JC. C. par des populations de vétones, qui au milieu du XNUMXer siècle avant JC. Ils ont été assiégés, semble-t-il, par les légions romaines, chacune formée par quelque XNUMX XNUMX soldats.

«En ce moment, tout l'espace du Levant au fleuve Douro est contrôlé par le monde romain et Jules César arrive sur la péninsule pour payer ce qu'il veut faire à Rome, c'est-à-dire monopoliser le maximum de pouvoir», explique Aguilera .

A la recherche de "renommée et butin", on sait qu'en l'an 61 av. C. ce militaire romain a traversé le système central avec deux légions et a battu les populations indigènes sur son chemin en les "abaissant dans la plaine": il les a déplacées du haut de la colline vers une zone plus basse pour les faire contrôler et mener à bien "une fiscalité plus efficace", selon les termes de l'archéologue.

De plus, il y a un autre détail qui fait soupçonner la trace de Jules César dans ce camp et c'est la forme des structures retrouvées: "Le type d'entrée que ces enclos ont est un quart de demi-cercle, un accès qui est toujours associée à la figure de Cesar », précise le chef de projet. Ces types de structures ont été trouvés parmi les vestiges des célèbres guerres gauloises et, selon l'analyse d'Iván Aguilera, il est très probable que les tactiques qui auraient été utilisées dans ce domaine étaient une sorte de «stratégies préparatoires» pour ce qui était à venir.

Les guerres gauloises, la bataille d'Alésia, l'entrée de Jules César à Rome par la rivière Rubicon et sa conversion en «le dictateur qui a frappé la république entre guillemets et en a fait un empire», dit l'historien.

Aguilera du site se distingue par sa vaste extension en tant que colonie pré-romaine, sans précédent dans la péninsule ibérique et avec des découvertes similaires uniquement en Europe centrale, comme le gisement de Bribacte en France, et aussi le lieu inhospitalier où il se trouve, 1.700 mètres au-dessus du niveau de la rivière. mer.

En ce moment, son équipe attend que la Mairie d'El Espinar réponde aux résultats du projet et, surtout, exprime son engagement à soutenir avec des moyens financiers pour poursuivre cette étude, qui jusqu'à présent a été développée en manière totalement altruiste.

Ota

Source: Le jour de Ségovie

Nous sommes à la veille des vacances de Pâques, quelques jours qui pour beaucoup signifient un arrêt de la routine quotidienne et une recharge des batteries pour un été qui à cette époque de l'année semble encore loin. Il va sans dire que jusqu'à il y a deux ans, ce bref voyage de vacances était le cadre traditionnel de la célébration des processions dans la plupart des villes de notre géographie et servait de justification à un voyage de plusieurs jours, tant vers la côte. ainsi que les destinations touristiques intérieures, le tout avec la permission de la météo, imprévisible au début du printemps.

La situation socio-sanitaire induite par le COVID-19 a conduit au fait que cette année, bien que sans atteindre les circonstances de confinement sévère vécues dans la précédente, il reste impossible de réaliser la plupart des célébrations religieuses et des activités de loisirs susmentionnées. sont limités et pas du tout programmés pour les longues distances. Sans surprise, toute une panoplie de restrictions visant à contenir la pandémie est toujours en vigueur, de sorte que nos mouvements non essentiels sont limités à la sphère autonome.

Heureusement, nous avons la plus grande communauté autonome de tout le territoire national, avec neuf provinces et une superficie qui dépasse 94.000 2 kmXNUMX, encore plus grande que notre voisin le Portugal. Il va sans dire que Castilla y León possède un riche patrimoine historique et artistique et une grande variété de paysages qui se reflètent dans un vaste réseau d'espaces naturels, sans préjudice d'une gastronomie riche et suggestive. Bref, malgré les limitations, nous avons la chance de résider dans un musée authentique, en partie en plein air, qui à cette période de l'année offre au voyageur un large éventail de possibilités de plaisir et de loisirs, bien sûr en respectant les indications correspondantes concernant hygiène et distanciation sociale.

 


Compte tenu de ces considérations précédentes, à travers cette collaboration, j'évoque une proposition archéotouristique intéressante, idéale à mettre en pratique pendant cette Pâques par le voyageur de banlieue que nous sommes tous devenus en raison des circonstances. Cette proposition est circonscrite même à une portée encore plus petite, car elle est située sur le territoire de Ségovie lui-même. Il va sans dire que la province de Ségovie, dirigée par la capitale, est une véritable référence pour le tourisme intérieur en raison d'avantages compétitifs similaires à ceux déjà mentionnés pour la région autonome, ce qui nous permet d'offrir à nos visiteurs une expérience très satisfaisante. l'intérêt d'en convertir une grande majorité en touristes récurrents.

Cela dit, la proposition en question, même si elle a le patrimoine archéologique comme fil conducteur, ne néglige pas du tout l'argument du paysage, et j'oserais même dire que ni celui géologique. Il est situé spécifiquement dans la vallée moyenne de l'Eresma, au milieu de la campagne de Ségovie et à seulement 35 km de la capitale. C'est là que trois collines s'élèvent certainement au-dessus de la plaine environnante, formant un triangle presque parfait dans lequel les caprices de la géologie et de l'histoire ont laissé leur empreinte de manière plus qu'évidente. L'accès à ce secteur, quelle que soit l'origine du voyageur, se fait facilement à la fois depuis l'autoroute A-601 et depuis l'autoroute régionale CL-605, connue sous le nom d'autoroute Arévalo.

En premier lieu, je vais me référer à la colline de San Isidro, suivant un critère chronologique basé sur l'âge de ses premières manifestations historiques. La colline est située dans la ville de Domingo García, à seulement 40 km de la capitale provinciale. La visite de cet endroit est gratuite et accessible après avoir passé le détour pour Domingo García depuis la route SG-P-3411 qui relie Santa María la Real de Nieva et Bernardos.

 


Nous sommes devant un affleurement d'ardoise et de quartzite qui émerge de la plaine d'une manière impétueuse, formé par la Cuesta Grande et la colline de San Isidro elle-même. Les matériaux métamorphiques de la colline, en particulier l'ardoise, ont servi tout au long de l'histoire de support à la représentation de gravures allant du paléolithique à l'époque contemporaine, gravures que la discipline archéologique appelle les pétroglyphes. Parmi le vaste échantillonneur présent à San Isidro, l'ensemble le plus intéressant est peut-être celui appartenant au Paléolithique supérieur, qui constitue l'une des meilleures manifestations de l'art préhistorique de la province. Grâce à la technique du piquetage, des scènes de chasse sont représentées, avec des figures humaines schématiques ainsi que des espèces déjà présentes dans la faune du Paléolithique supérieur, comme les équidés et les cervidés.

Avec les pétroglyphes, la colline de San Isidro possède un petit échantillon d'architecture médiévale, l'ermitage roman du même nom, situé dans un lieu privilégié comme belvédère exceptionnel. Le bâtiment est maintenant totalement en ruines et gravement affecté par l'érosion éolienne, une détérioration qui nous permet cependant d'examiner en détail sa structure constructive particulière basée sur des dalles d'ardoise et de schiste. Autour de son périmètre extérieur, il y a aussi une nécropole composée de tombes anthropomorphes de différentes tailles creusées dans la roche elle-même.

Une autre enclave de grande valeur géologique et archéologique dans cette région est le Cerro del Tormejón ou la Virgen del Tormejón, dans la municipalité d'Armuña, où se trouve à nouveau le binôme colline-ermitage. Pour vous rendre sur la colline, vous pouvez emprunter la voie verte de la vallée d'Eresma, qui profite du tracé de l'ancienne ligne de chemin de fer Segovia-Medina del Campo. Dans ce cas, la section d'accès commence à l'ancien arrêt Armuña, à côté de la route SG-V-3311 qui relie cette ville et Bernardos.

Aux abords de la colline, peu de temps avant de commencer l'ascension, nous rencontrons le torrent Tormejón, un cours de rivière qui donne son nom à ce promontoire de calcaire et de marne, en plus d'être à l'origine de la formation des coupes sur son ouest. et faces sud. Dans ce cas, nous trouvons une colline plate avec une inclinaison marquée vers le sud-est. Bien qu'aujourd'hui sa surface soit un terrain vague, jusqu'au milieu du XXe siècle, elle était sujette à des terrasses dans l'intérêt de son utilisation comme terre agricole. En fait, l'empreinte de cette pratique agricole est toujours visible sur le terrain calcaire et elle l'est encore plus en photographie aérienne.

Du point de vue archéologique, la colline présente des vestiges correspondant à différentes phases d'occupation. Le plus ancien remonte à l'âge du bronze, bien que les périodes les mieux représentées soient le Celtibérien, avec d'abondants vestiges de la poterie peinte bien connue et, surtout, de la fin de l'Antiquité, qui a également fourni des preuves sous forme de céramique, en particulier estampillée, au point de constituer ce site une véritable référence de ce type, dans ce que certains auteurs ont appelé «l'horizon de Ségovie». C'est dans cette période de la fin de l'Antiquité, entre les V-VI siècles, quand apparemment l'occupation de la colline a atteint sa plus grande extension. En fait, dans la zone orientale, il y a une longue ligne de matériau en pierre, certainement branlant, qui a l'apparence d'avoir formé son périmètre muré par une zone qui, en revanche, est celle avec l'accès le plus facile et le moins défendable. de la colline.

Le site a fait l'objet de fouilles archéologiques à deux reprises. Le premier a eu lieu en 1977, dirigé par Francisco Gozalo Viejo. Heureusement, le second a été développé dans des campagnes au cours des deux dernières années sous la direction de Raúl Martín Vela, dans le cadre de son louable projet Eresma Arqueológico, une intervention qui a également la collaboration de Gozalo Viejo lui-même sur la base de ses connaissances archéologiques accréditées de l'enclave.

Enfin, la troisième colline, et non moins intéressante pour cela, est le soi-disant Cerro del Castillo ou la Virgen del Castillo, dans la municipalité de Bernardos, où se trouve à nouveau la célèbre association colline-ermitage. Bien que l'accès se fasse par un chemin de terre, il est plus facile que prévu, car cette route est dans un état de conservation acceptable et constitue également la continuation droite et naturelle vers la périphérie de la rue Castillo, à partir de la Plaza Mayor de Bernardos elle-même.

Après 3 km de trajet, vous atteindrez la colline, qui se dresse majestueusement presque au pied de l'Eresma, un cours de rivière qui coupe et serpente à travers le massif des ardoises formant une vallée spectaculaire. Le matériau qui constitue cette forme de relief, principalement l'ardoise, fait l'objet d'extraction dans les carrières de la commune depuis des siècles, se révélant encore comme un secteur clé du tissu économique local. Du sommet quelque peu plat de la colline, il y a de splendides vues panoramiques sur une grande partie de la province, témoignant ainsi de sa variété de paysages. Ainsi, au nord, vous pouvez voir la tache verte continue qui caractérise la proche Tierra de Pinares, à l'est la vallée spectaculaire que l'Eresma génère en coupant du massif d'ardoise, et au sud et à l'ouest la large extension vers l'horizon de la campagne de Ségovie avec la Sierra de Guadarrama en toile de fond.

Au sommet de la colline se trouve aussi l'ermitage qui lui donne son nom, dont l'image mariale fait l'objet d'une grande dévotion populaire à Bernardos. Tous les dix ans, dans une périodicité qui remonte à 1940, la ville célèbre l'ascension de la Virgen del Castillo, dans un rituel qui commence le dimanche de la Pentecôte avec l'ascension de l'image à l'ermitage, suivie d'une longue procession le mardi suivant (celui de 2010 a duré près de vingt heures) dans lequel la Vierge fait le voyage inverse vers l'église paroissiale. L'année dernière, cette tradition profondément enracinée a dû être suspendue pour la première fois en raison de la pandémie.

Mais si la colline de la Virgen del Castillo se distingue pour le voyageur, c'est pour ses vestiges archéologiques. A partir de plusieurs actions louables, bien que plus sporadiques qu'il ne l'aurait été souhaitable, plusieurs séquences d'occupation se sont établies, notamment concentrées pendant l'Antiquité tardive et le Haut Moyen Âge. Les premières traces sur la colline remontent au début du Ve siècle, coïncidant avec une étape d'instabilité née du déclin de l'administration romaine en Hispanie, une étape particulièrement mouvementée qui a conduit à l'abandon des villages environnants par ses habitants. les riches propriétaires terriens et la concentration de la population dans des hauts lieux bien défendables, dans une dynamique similaire à celle détectée à Cerro del Tormejón. C'est à cette époque que l'enceinte fortifiée qui couronne la colline est construite sur la base de grandes dalles d'ardoise, visibles de loin aujourd'hui grâce aux travaux de restauration archéologique.

L'occupation a dû être maintenue pendant la période wisigothique jusqu'à la domination arabe. Déjà au Haut Moyen Âge, il existe des preuves d'un nouvel usage pendant la période émale (entre la fin du XNUMXème siècle et le début du XNUMXème) selon les restes de céramique trouvés. À cette époque, la colline a dû être réutilisée en raison de son caractère défensif, peut-être par une petite garnison musulmane.

Et jusqu'ici la partie qui me touche à travers cette collaboration qu'El Adelantado de Segovia m'a gentiment donnée, qui n'est autre que d'exposer à travers quelques brefs coups de pinceau les attractions présentes dans cette région de la province, dans laquelle pour On the d'autre part, ce géographe et historien n'a pas d'ascendance. L'autre correspond au voyageur, cette fois plus que jamais `` de la périphérie '', qui en tant que participant (s'il le souhaite) à une visite à fort contenu culturel et paysager, et en quelques jours aussi propice (je l'espère) que ceux-là Vous devez être pleinement conscient d'être dans trois enclaves dotées d'une magie particulière, dans lesquelles l'Histoire est plus que racontée dans l'environnement.

(*) Diplômé en Géographie et Histoire, Diplôme d'Etudes Avancées en Archéologie et auteur du livre 'La Villa Romaine et la Nécropole Wisigoth de Santa Lucía, Aguilafuente (Ségovie). Nouvelles contributions pour son étude ».

archéotourisme

Source: Adelantado de Segovia

Après la nomination du nouveau conseil d'administration de l'association du tourisme rural et actif de Ségovie, le président du conseil provincial, Miguel Ángel de Vicente, et l'adjointe de Prodestur, Magdalena Rodríguez, ont voulu avoir un premier contact avec l'équipe qui maintenant Gerardo Otero dirige et ils ont récemment invité le président du groupe à une réunion qui a eu lieu plus tôt cette semaine dans le palais provincial et à laquelle a également assisté la vice-présidente de l'association, Alicia Merino, la déléguée du tourisme actif de la même, Juan Pertejo, et la voix, Ana Marazuela.

À l'issue de la réunion, Magdalena Rodríguez a apprécié ce premier contact de manière "très positive" et a souligné que "c'était une réunion au cours de laquelle les deux parties ont partagé nos idées de manière cordiale et respectueuse et nous nous sommes montrés disposés à le faire. travailler ensemble. de manière collaborative et conjointe en faveur du secteur dans la province, qui a connu une année particulièrement difficile en raison de la pandémie. " Précisément, la situation préoccupante découlant de la crise sanitaire et de ses restrictions a été l'un des premiers sujets abordés lors de la réunion. Ainsi, les représentants de l'institution provinciale, qui ont informé les participants à la réunion des nouvelles lignes d'aides prévues pour le secteur et du renouvellement des chèques touristiques pour la fidélisation et la nuitée des touristes dans la province, ont une nouvelle fois montré leur volonté d'agir comme intermédiaires entre l'Association et la Junta de Castilla y León et pour transférer les demandes de la plate-forme à l'administration autonome.

De même, la réunion a permis d'engager les deux parties à collaborer activement à des programmes de formation tels que celui qui, promu par Prodestur et enseigné par l'UNED, traitera de la `` gestion financière des entreprises du secteur du tourisme '' du 5 au 30 avril, et commenter les différents aspects des ressources de promotion et de diffusion qui peuvent être améliorés pour favoriser l'accès et la diffusion des informations sur l'hébergement.

Enfin, les participants à la réunion, qui ont décidé de tenir de futures réunions pour aborder les problèmes de manière plus spécifique, ont également évoqué l'amélioration de certaines infrastructures et commenté la façon dont l'extension de la fibre optique dans la province et la mise en œuvre progressive du télétravail contribuer au développement du secteur du tourisme rural de Ségovie.

Dipu mars

source: Diputación de Segovia

L'Organisation autonome des parcs nationaux (OAPN), dépendant du ministère de la Transition écologique et du défi démographique (MITECO), a déclaré aujourd'hui qu'après le démantèlement de la station de ski de Navacerrada, la restauration environnementale de la zone occupée sera effectuée, et à Ceci sera pris comme point de référence pour la récupération de l'ancienne station de ski de Valcotos, que le gouvernement de la Communauté de Madrid a expropriée en 1998 et qui est un exemple de la restauration écologique d'une station de ski, faisant la jouissance du naturel espace compatible avec sa conservation., informe Ical.

L'OAPN a présenté lors de la réunion du Conseil d'administration du Parc national de la Sierra de Guadarrama, une proposition de programme pour la relance et l'activation économique durable du port de Navacerrada. L'expiration de la concession des installations de ski à trois pistes (Escaparate, Telégrafo et El Bosque) signifiera le retour au domaine forestier public de ces montagnes, situées dans un environnement aux nombreuses figures de protection.

Ainsi, la physiographie et le couvert végétal seront récupérés, mettant en évidence les sentiers, les zones de séjour et les itinéraires autoguidés, ainsi que les services d'information, de surveillance, d'entretien et de contrôle des visiteurs. Le développement de la recherche fondamentale et appliquée sera également encouragé pour améliorer la connaissance scientifique du parc national et de ses environs.

L'OAPN a présenté le programme de relance comme une proposition ouverte à laquelle il invite les administrations régionales et locales et les agents impliqués à se joindre, à aborder la question en tant que programme de gestion global, que la loi sur les parcs nationaux appelle un `` programme pilote '' pour une économie durable. Activation.

Le programme identifie deux lignes d'action avec le double objectif d'assurer les perspectives d'avenir de l'espace en ce qui concerne sa régénération, sa conservation et son utilisation publique, et de lancer une proposition de réactivation économique des communes environnantes.

De même, l'OAPN, avec le soutien et la collaboration du reste des administrations publiques, des entreprises, des organisations culturelles et d'autres agents intéressés, promouvra diverses actions conformément aux propositions des municipalités elles-mêmes.

Le premier d'entre eux tentera de promouvoir l'économie locale par la numérisation, ce qui permettra une plus grande efficacité des services et facilitera la mise en place de nouvelles entreprises, notamment des PME, liées à l'innovation, à de nouveaux services comme le `` coworking '', à la bioéconomie, culture et usages traditionnels.

Une autre des lignes passe par la promotion de la mobilité durable pour la distribution des flux touristiques, avec la réglementation de l'utilisation des parkings, la création de nouveaux accès dans les transports publics et la promotion de l'utilisation du vélo entre les communes.

En outre, il vise à activer le tourisme historique, sportif et nature, qui sera favorisé par la saisonnalité et la diversification de l'offre touristique, ainsi que par la promotion de l'inclusion et de l'accessibilité ou la récupération de certains espaces historiques et sportifs (tels comme le Centre de Haute Performance pour l'entraînement en hauteur) ou d'une richesse naturelle et paysagère particulière. En outre, une formation spécialisée pour les guides des parcs nationaux sera encouragée.

En ce qui concerne la réhabilitation du port de Navacerrada, la proposition du ministère prend en compte les installations inutilisées ou vétustes, le mobilier urbain, les espaces publics et la mise à disposition de toilettes accessibles aux personnes à mobilité réduite. Il a également souligné que l'accent sera mis sur l'amélioration de la gestion des déchets dans la région, des informations numériques mises à jour seront disponibles et un réseau avec des panneaux sera déployé aux points clés pour guider les visiteurs.

Navacerrada2

Source: Segoviaudaz

L'équipe Tourisme de la Mairie de Cuéllar se prépare déjà à une campagne de Pâques qui sera atypique et sera marquée par la réduction de capacité, ainsi que les visiteurs locaux, car en raison de la fermeture du périmètre de la région, les touristes qui arrivent au ville dans les semaines à venir ne peut provenir que des différentes provinces de Castilla y León.

La capacité limitée marque également les premiers bars du tourisme cette année, puisque actuellement seulement six personnes, y compris le guide, peuvent être dans tous les espaces muséaux et monumentaux, donc des visites guidées de monuments tels que le château ou d'espaces tels que le Centre d'interprétation mudéjar , situé dans l'église de San Martín, sont concernés par cette mesure. La conseillère au tourisme, Maite Sánchez, souligne l'effort que les guides font au cours de ces semaines, et avance que pour les dates de Pâques, le service sera renforcé par l'embauche de plus de personnel, et ainsi être en mesure d'offrir un meilleur service, oui , toujours avec des groupes de cinq touristes.

Malgré les difficultés, Sánchez a fait remarquer qu'avec l'élimination de la fermeture du périmètre des provinces de la Communauté, en vigueur jusqu'à il y a quelques semaines, davantage de visiteurs ont commencé à arriver, une tendance qui devrait se maintenir et même augmenter en les prochaines semaines. «Je vois la couleur dans le sens où les familles arrivent et il y a du rythme dans le bureau», dit le maire.

Actuellement, l'Office de Tourisme propose des visites, pour des groupes de cinq personnes et toutes les 40 minutes environ, du château, du Centre d'Interprétation de l'Art Mudéjar, de l'église de San Esteban et de l'allée des remparts. Des espaces comme la chapelle de La Magdalena n'ouvrent leurs portes qu'aux chercheurs, même si de nombreuses autres activités devraient reprendre en été. En raison de ces limitations, Tourisme recommande à ceux qui envisagent de visiter Cuéllar dans les prochaines dates de faire leur réservation à l'avance, afin d'éviter d'attendre.

SS Cuéllar

Source: Nord de Castilla Segovia

Les sites royaux et patrons du patrimoine national, situés dans quatre communautés autonomes différentes, ont enregistré un total de 16.090 19 visites entre le 21 et le 367 mars, coïncidant avec le pont de San José. Dans la province de Ségovie, le Palais Royal de La Granja a été visité par 145 personnes, tandis que celui de Riofrío a enregistré la visite de XNUMX personnes.

Esta cifra constata la tendencia al alza en el número de visitas que Patrimonio Nacional está experimentando desde el inicio del año, ya que el número de visitantes registrado entre el 1 y el 21 de marzo es casi un 15% superior al registrado durante todo el mes Février. Au total, jusqu'au 21 mars, le Patrimoine national a accumulé 49.123 XNUMX visites dans les Sites royaux et Patronages au cours du mois.

Le samedi 20 mars, plus de personnes se sont rendues aux monuments du patrimoine national avec 5.708 1.615 visiteurs. Le monastère royal de San Lorenzo de El Escorial a été le monument qui a enregistré le plus de visiteurs ce jour-là avec XNUMX personnes.


Le monastère d'El Escorial a également été le monument le plus visité du nombre total du pont de San José, avec 4.447 visiteurs, suivi du palais royal d'Aranjuez, avec 3.575 visiteurs, et du palais royal de Madrid, avec 2.989 visiteurs.

Patrimoine national maintiendra jusqu'au 9 mai prochain, coïncidant avec la fin de l'état d'alerte, l'extraordinaire campagne de réduction de 50% du prix de ses billets, qui a débuté en octobre dernier. Il poursuivra également l'application des mesures de sécurité sanitaire adoptées par l'institution conformément à la réglementation de l'État et des communautés autonomes correspondantes afin de garantir un accès sûr au public et aux travailleurs.

Visiteurs

Source: l'Adelantado de Segovia

Au Moyen Âge, cette région de la sierra était un terrain de chasse pour les rois castillans. L'un d'eux, Enrique IV, a construit un ermitage et l'a dédié à Saint Ildefonso. Plus tard, les monarques catholiques ont fait don de cet ermitage aux moines du monastère Parral de Segovia, qui ont construit une ferme autour de lui; d'où le nom de La Granja de San Ildefonso. C'est deux siècles plus tard que Felipe V, petit-fils de Louis XIV, rachète la ferme aux moines et entame en 1721 la construction du palais, qui a été la principale cause et moteur de la croissance de cette ville. Aujourd'hui, c'est l'un des meilleurs exemples de la splendeur monarchique du XVIIIe siècle.

Le Palais Royal, symbole de La Granja de San Ildefonso
Ce palais est l'une des résidences de la famille royale espagnole et est géré par le patrimoine national, de sorte que ses beaux jardins et le bâtiment lui-même sont ouverts au public, cependant, à l'intérieur seules les anciennes dépendances royales peuvent être visitées. Au rez-de-chaussée se trouvent les chambres des monarques; l'étage supérieur, quant à lui, abrite les pièces les plus somptueuses, comme la salle Hercule ou la salle de marbre. Il est également possible d'entrer dans la chapelle royale, ainsi que dans le musée de la tapisserie, qui abrite la collection de tapisseries de la couronne espagnole, l'une des plus importantes au monde. Le style de tout ce bel ensemble architectural est baroque espagnol avec des touches françaises et italiennes; en elle, l'art et le luxe sont présents dans les moindres détails.

Mais si le Palais Royal de La Granja de San Ildefonso est célèbre pour quelque chose, c'est pour ses jardins spectaculaires. C'est l'exemple le plus représentatif en Espagne des jardins à la française conçus en Europe à la fin du XVIIIe siècle. Il abrite des fontaines monumentales, vingt-six pour être exact, en plomb et peintes comme si elles étaient en bronze et en marbre, toutes décorées de scènes et de personnages mythologiques. Sur ses cent quarante-six hectares, la moitié est de la forêt, mais il y a aussi un labyrinthe, une grotte, des ponts, une petite construction appelée la Casa de las Flores et, bien sûr, l'ermitage de San Ildefonso, qui était à l'origine du palais et de cette pittoresque commune. La beauté de ces jardins et du palais emblématique était et est d'actualité dans le monde entier, car comme l'écrivait Benito Pérez Galdós: «Qui n'a pas entendu parler de ses merveilleux jardins, de ses paysages souriants, de la surprenante architecture liquide de ses fontaines, de ses labyrinthes et vergers? ».

La verrerie royale de La Granja de San Ildefonso
Musée de la verrerie royale
Construite dans le premier tiers du XVIIIe siècle en tant que manufacture royale, la cristallerie royale de La Granja a été érigée pour que le palais ne manque pas de vitraux, de lampes ou de verrerie de luxe, tout en stimulant l'industrie locale.

Le bâtiment actuel, de style néoclassique et considéré comme un bien d'intérêt avec la catégorie de monument historique-artistique, a environ XNUMX XNUMX mètres carrés d'extension et a été construit à la fin du XVIIIe siècle après l'incendie du précédent. À l'heure actuelle, la verrerie royale de La Granja comprend non seulement les fours de production -qui sont encore artisanaux-, mais aussi une école d'arts plastiques et un musée important avec une exposition permanente sur la fabrication du verre, avec des machines et des pièces antiques et , bien sûr, différentes collections du célèbre cristal de La Granja. La visite de ce lieu vous permet également de vous familiariser avec les techniques de fabrication du verre d'il y a deux siècles, car vous pourrez assister aux processus de soufflage et de moulage lors de la production du verre, dans lesquels ils utilisent les mêmes techniques qu'à leur âge d'or.

Autres lieux d'intérêt
Au-delà du palais emblématique et de l'usine historique, La Granja de San Ildefonso offre des lieux au charme très particulier, comme le quartier Melancolía, la Plaza de los Dolores, l'église Nuestra Señora del Rosario ..., sans oublier les deux portes qui donnent accès au centre historique: la Puerta de la Reina et la Puerta de Segovia, à la fois centenaires et chargées d'histoire et de sens, comme tout ce qui compose la belle municipalité de La Granja de San Ildefonso.

Merci à la Fondation Siglo pour le Tourisme et les Arts de Castille et León et le Département du Tourisme du Conseil Provincial de Ségovie.

 

Source: article de Maica Rivera. La raison

La Communauté de Castilla y León a présenté la qualité de ses produits agroalimentaires, parmi lesquels le cochon de lait de Ségovie, aux étudiants de l'institution académique du Basque Culinary Center. Cette action fait partie de la nouvelle stratégie de «Tierra de Sabor» qui met en évidence la nécessité de nouer des alliances avec la gastronomie et le tourisme.

Le garde-manger Tierra de Sabor a participé aux conférences sur les produits agroalimentaires de qualité de Castille et León qui se sont tenues cette semaine au Centre culinaire basque, où les étudiants de troisième année du diplôme en gastronomie et arts culinaires de cette institution académique, une référence international dans le monde de la gastronomie, ont eu l'occasion de les rencontrer et de voir leurs nombreuses possibilités culinaires.

Pendant deux jours, les aliments protégés par Tierra de Sabor et les chiffres de qualité alimentaire reconnus dans la Communauté, tels que le cochon de lait de Castilla y León, le cochon de lait de Ségovie, le fromage et les vins de toutes les dénominations d'origine ont été les protagonistes de la formation des futurs chefs du premier niveau. Ces prescripteurs ont abordé le premier jour une vision globale de la grande variété de produits agroalimentaires originaires de la Communauté et, au cours de la deuxième journée, ils ont pu en apprendre davantage sur les produits d'El Bierzo.


Les chefs communautaires qui ont contribué à mettre en valeur l'excellence des produits Castilla y León étaient Juanjo Losada, du restaurant Pablo (León), Cristóbal Muñoz, du restaurant Ambivium (Peñafiel), Samuel Naveira, de Mu-NA (Ponferrada), Juanjo Pérez et Yolanda León du Leonese Cocinandos, et Miguel Martínez, du restaurant La Tronera (Villadepalos, León).

Ils étaient, avec différents producteurs et membres des conseils de régulation des personnalités de la qualité, chargés de montrer les caractéristiques des produits alimentaires et des vins de la Communauté et les possibilités d’application qu’ils ont dans les cuisines de consommation et dans celles des restaurants du monde entier.

Plateforme entrepreneuriale
Avec l'intention d'accompagner les entreprises dans leur volonté d'améliorer leurs marchés et leurs débouchés, elle cherche à renforcer les alliances et à rechercher de nouveaux partenaires collaborateurs tels que la gastronomie et le tourisme. Pour cela, l'impulsion de la «Plateforme entrepreneuriale dans l'innovation gastronomique» et la réalisation d'activités telles que celles développées cette semaine seront également utilisées. Castilla y León possède le plus grand garde-manger d'Europe de produits de qualité avec 69 chiffres de tous les secteurs et, à l'heure actuelle, Tierra de Sabor compte plus de 900 entreprises et environ 6.000 produits portent sur leurs étiquettes le cœur jaune caractéristique de cette marque, ont déclaré des sources. spécifié.

Porcelet

Source: l'Adelantado de Segovia

Le complexe La Pinilla étudie la diversification des activités et en crée de nouvelles pour les saisons à venir, lorsque la saison de ski est pratiquement terminée, avec seulement dix jours d'ouverture de la station, jusqu'à présent. Le président du conseil d'administration de La Pinilla et maire de Riaza, Benjamín Cerezo, reconnaît la situation compliquée selon laquelle une station de ski n'a pas assez de neige pour ouvrir les pistes, qui sont fermées depuis des semaines. À ce stade du mois de mars, il affirme qu'une forte chute de neige devrait tomber et accompagner les températures pour que les canons à neige artificiels puissent travailler et conditionner la surface skiable; Bien qu'ils ne perdent toujours pas espoir qu'en cas de neige dans les prochains jours, La Pinilla pourra dire adieu à la saison avec une semaine de Pâques en cours.

"Il vise à promouvoir l'hospitalité que nous avons dans le complexe, avec l'organisation d'événements qui attirent le public tout au long de l'année"

Au moins, comme l'a confirmé Benjamín Cerezo, cette saison, les installations ont été ouvertes plus de jours que par le passé, où elles n'ont ouvert que deux jours. Face à cette situation, des alternatives doivent être recherchées, et pour cette raison, le Président du Conseil d'Administration souhaite étudier de nouvelles possibilités d'aménagements qui pourraient devenir une destination touristique pour les amoureux de la montagne. "Il vise à promouvoir l'hospitalité que nous avons dans le complexe, avec l'organisation d'événements qui attirent le public tout au long de l'année."

En attendant la fin de la saison de ski, La Pinilla est prête à démarrer les compétitions et les parcours dans la modalité bike park, ressource importante de la station, qui rassemble chaque année de nombreux fans.


Concernant la demande faite par La Pinilla aux administrations de créer un couloir permettant d'arriver au complexe depuis la Communauté de Madrid, Benjamín Cerezo a expliqué qu'il n'y avait pas eu de réponse. Et concernant la situation que traverse la station de ski de Navacerrada, qui fermera probablement ses portes en raison du non-renouvellement de la concession des pistes de ski, Cerezo la qualifie de «scandaleuse». "Au lieu de promouvoir des espaces comme ceux-ci, ce qu'ils provoquent, c'est leur destruction", conclut-il.

La Pinilla

Source: l'Adelantado de Segovia

Les députés Magdalena Rodríguez et Noemí Otero ont accompagné Luis Miguel Prada ce matin dans la présentation de la neuvième édition du Guide Cocido qui, pour encore une année, aura le soutien du Conseil provincial de Ségovie et qui s'est déroulée sous forme télématique.
Le Guide du Cocido by Segovia est un projet gastronomique annuel qui est devenu une référence avec l'engagement d'un plat aussi typique et complet que le cocido traditionnel. Tous pareils, mais pas pareils. Pour cette raison, et il existe déjà neuf éditions, l'organisation entend faire connaître et promouvoir sa consommation dans les restaurants de notre province, à travers différents éléments informatifs, promotionnels et informatifs. Quarante-quatre restaurants participeront à cette édition, dont vingt-trois situés dans les communes de la province, et qui bénéficieront du soutien du conseil provincial grâce à la collaboration des zones de promotion touristique et provinciale, "car il est temps être avec le secteur de l'hôtellerie a été tellement puni l'année dernière, car le respect de toutes les réglementations sanitaires est garanti tandis que nous encourageons la consommation de nos produits », comme l'a souligné la responsable du tourisme, Magdalena Rodríguez.


Comme cela s'est également produit dans la dernière édition du Rice Guide, de manière extraordinaire et en suivant les protocoles de sécurité contre Covid 19, le guide a été lancé au format numérique et peut être téléchargé sur la plateforme web, en utilisant le code QR avec des autocollants sur les lieux et les sites touristiques, ainsi que sur les réseaux sociaux de l'initiative. Cette année, l'inscription aux restaurants a été gratuite, «servant cette petite action comme un signe de notre soutien à l'industrie hôtelière de Ségovie», comme le souligne le promoteur du guide, Luis Miguel Prada.
C'est précisément pour cette raison et compte tenu de la situation compliquée que subissent les établissements de restauration en raison de la pandémie, «le Conseil provincial a dû être à nouveau présent dans une initiative de ces caractéristiques dans laquelle la province est représentée, pour le moment, avec plus vingt restaurants », comme l’a indiqué la déléguée au tourisme, Magdalena Rodríguez.


Le principal acteur d'un bon ragoût est, sans aucun doute, le pois chiche et pour le député provincial de la promotion, Noemí Otero "nous avons la chance d'avoir différents types de pois chiches dans notre province, intégrés dans la marque Alimentos de Segovia. Leurs qualités organoleptiques ils sont endossés par la marque de garantie qui les soutient, à la fois le pois chiche Valseca et le pois chiche Labajos ". Pour cette raison, Otero a poursuivi "il faut se souvenir de l'importance de la culture des légumineuses en général, et du pois chiche en particulier, sur notre territoire, comme référence gastronomique, mais aussi agroalimentaire et comme moteur économique de la province".


Les ragoûts qui peuvent être dégustés dans cette nouvelle édition du guide des ragoûts mettront en vedette des pois chiches des Alimentos de Segovia, "caractérisés par le fait d'être particulièrement beurrés et de maintenir l'intégrité du grain et de la peau attachés après la cuisson", a donc conclu le chef de la marque du Conseil provincial, "nous allons faire en sorte que la province profite de la bonne nourriture."
Magdalena Rodríguez a également souligné le travail réalisé par le laboratoire Prodestur "accompagnant les producteurs sur la voie de la transformation des pois chiches Valseca et Labajos respectivement en marque garantie et marque collective, une voie dans laquelle nous continuons à avancer et qui est renforcée par sa adhésion à la marque Diputación, Alimentos de Segovia, avec qui, du tourisme, nous continuons à établir des synergies pour continuer à promouvoir notre province en tant que destination touristique et gastronomique idéale ".
Toutes les informations sur les restaurants qui participent au Guide, ainsi que le calendrier ou les services sur demande, se trouvent sur ce lien http://guiadelcocido.com/guia-segovia/index.html

Guide de cuisinier

source: Diputación de Segovia

Une équipe de professionnels de la télévision publique estonienne a voyagé ces jours-ci dans différents espaces de Castilla y León dans le but de faire connaître la Communauté dans le pays balte et dans cette région d'Europe, ainsi que de faire connaître les différents lieux de tournage et d'ouverture de films. Nouveaux marchés.

Les visites ont inclus des sites patrimoniaux exceptionnels dans les provinces de Ségovie, Valladolid, Salamanque et Ávila. À Ségovie, en plus de la capitale de la province elle-même, le voyage de presse comprenait La Granja de San Ildefonso, Turégano, Sepúlveda et Pedraza, qui comprenait une visite au musée de Zuloaga, rapporte Ical.

Dans la province de Valladolid, entre autres, a inclus une visite au Castillo de la Mota, à Medina del Campo, ou à la Casa Cervantes et au Théâtre Calderón, dans la ville de Valladolid. À Salamanque, Casa Lis et autres lieux importants du centre historique de la ville. Le voyage de presse en Castille et León s'est clôturé lundi à Ávila avec d'autres sites historiques déclarés site du patrimoine mondial par l'Unesco.


L'industrie audiovisuelle a chaque jour un poids plus important en termes économiques et d'emploi dans le domaine des industries culturelles. Et les tournages de films ont également des effets très positifs sur d'autres secteurs, comme le tourisme, car ils sont un moyen efficace de valoriser le patrimoine et les valeurs culturelles d'un territoire.

Commission du cinéma de Castille et Leon
Tout cela fait partie de l'engagement du Ministère de la Culture et du Tourisme à promouvoir le développement du secteur audiovisuel dans la Communauté et à renforcer les lignes d'action de la Commission du Film de Castilla y León. De plus, les effets de la crise sanitaire ont très fortement endommagé les secteurs de l'audiovisuel et du tourisme en 2020 et il est nécessaire de reprendre cette activité.

L'objectif de cette initiative est d'attirer toutes sortes d'activités audiovisuelles en Castille et León (tournages de films, séries télévisées, publicité, vidéo ...). Il vise ainsi à profiter des possibilités offertes par le territoire pour la réalisation de productions audiovisuelles en son sein.

De cette manière, la Commission du Film offre des informations sur les lieux de tournage possibles et aide à trouver les meilleurs; facilite le tournage en aidant à obtenir toutes les autorisations nécessaires; propose des informations logistiques, artistiques, professionnelles ... et répond aux questions sur les instruments financiers de financement de projets audiovisuels.

À la suite de ce travail, en 2019, la Commission du cinéma de Castilla y León a traité 58 demandes de tournage dans la Communauté et, malgré toutes les restrictions, en 2020, des demandes ont été traitées concernant 39 projets de films.

Touristes de Turegano 696x464

Source: l'Adelantado de Segovia

Du 9 avril au 9 septembre, une exposition du peintre Ignacio Zuloaga aura lieu à Tallinn, en Estonie.
Le Conseil provincial de Ségovie collabore avec la Fondation Zuloaga et l'ambassade d'Espagne dans ce pays, ainsi qu'avec la Junta de Castilla y León.
Prodestur Segovia, zone touristique du Conseil provincial, en plus de la cérémonie d'ouverture de l'exposition dans ce pays, a organisé un voyage pour la télévision nationale estonienne afin de réaliser un reportage sur Zuloaga dans la province de Ségovie, en plus de profiter de cette activité pour montrer d'autres localités de ce pays.
Le rapport comprendra les lieux suivants: La Granja de San Ildefonso, la capitale de Ségovie, Turegano, Sepúlveda et Pedraza.
La Junta de Castilla y León a également participé à ce voyage, car elle visitera également Valladolid, Salamanque et Ávila.
Sur la photo, l'équipe de télévision interviewe Enrique Laborde Zuloaga, patron de la Fondation Zuloaga.

Téléviseur photo

National Heritage maintient la promotion de 50% de réduction sur le prix d'entrée aux sites royaux du palais de La Granja de San Ildefonso et de Riofrío jusqu'à la fin de l'état d'alarme actuel, le 9 mai.

En contrepartie, National Heritage estime que la promotion a été bien accueillie par le public et rapporte qu'en février, les visites des sites royaux et des conseils royaux de toute l'Espagne ont augmenté de 43% par rapport à janvier, lorsque la tempête Filomena a contraint les monuments . En Castille et León, l'une des enclaves qui a attiré le plus de touristes par rapport au mois précédent était le palais Riofrío à Ségovie, avec une augmentation de près de 48%.

Jours gratuits
La campagne de réduction du prix des billets ne modifie pas les heures de gratuité établies, qui sont les mercredis et dimanches toute la journée de 15.00h18.00 à XNUMXhXNUMX dans les monuments situés à Ségovie.

JSM9331baja

Source: l'Adelantado de Segovia

Gerardo Otero Sanz est le nouveau président de l'Association du tourisme rural et actif de Ségovie, choisi parmi les onze membres qui composent le conseil d'administration du collectif, qui regroupe 147 partenaires. En plus de poursuivre les actions promues par l'ancien président, Domingo Asenjo, la nouvelle direction élargit les objectifs et pose de nouveaux défis pour l'avenir.

Ainsi, l'un des axes de travail portera sur la vie associative, sur l'intensification de la relation des partenaires avec l'association. Pour ce faire, ils prévoient de reprendre les jours de coexistence, suspendus par la pandémie, et d'ouvrir un forum de communication entre partenaires via le site internet de l'association. «Nous voulons que les membres puissent accéder à toutes les informations sur le Web», explique Gerardo Otero. En ce sens, un travail sera fait pour donner un coup de pouce à la «question technologique», avec le renouvellement du portail web de l'association, les signatures numériques, bref, s'orienter vers la digitalisation du secteur, qui a été contraint de le faire pendant crise sanitaire des coronavirus.

En outre, selon le président, ils souhaitent élargir les relations avec les administrations publiques, ainsi qu'avec d'autres groupes et avec les médias.


Un autre aspect qu'ils souhaitent consolider est l'assistance juridique et administrative aux membres, pour informer, par exemple, des aides auxquelles ils peuvent accéder à un moment comme le présent, en mettant également l'accent sur l'assistance technologique.

La formation sera une autre des lignes d'action du nouveau conseil d'administration, télématique tant que la situation reste telle qu'elle est actuellement et en personne lorsque la pandémie le permet.

Et Gerardo Otero souligne également qu'il est prévu de mener davantage de travail pour promouvoir Ségovie en tant que destination pour le tourisme rural, non seulement de la part des administrations, mais aussi individuellement. «L'idée est que chaque partenaire travaille sa propre micro-destination, pour la transférer plus tard au client», précise-t-il.

RECOUVREMENT
Toutes ces actions peuvent être menées lorsque le secteur commence à se redresser, après la crise sanitaire et économique provoquée par le coronavirus, qui touche surtout un secteur comme le tourisme. "Nous avons été sans travail pendant pratiquement six mois, ce qui a amené de nombreuses entreprises d'hébergement et de tourisme actif à la fermeture", se lamente Gerardo Otero.

Le secteur a reçu une forme d'aide des administrations et d'autres qui n'ont pas encore été résolues, mais le principal désir de ces entrepreneurs est de pouvoir reprendre le travail normalement le plus tôt possible.

Gerardo

Source: Députation de Ségovie

Savoir analyser l'état d'une entreprise et prendre les décisions financières les plus appropriées, détecter les clés pour trouver le meilleur financement ou connaître les critères de base lors de l'investissement dans un nouveau projet ou entreprise font partie des objectifs fondamentaux poursuivis par le cours `` Financier gestion des affaires dans le secteur du tourisme '' qui va se concrétiser grâce à l'accord de collaboration signé entre la Diputación de Segovia et l'UNED, qui unissent des synergies pour permettre le meilleur développement de ces enseignements, et que le président a signé aujourd'hui de l'institution provinciale , Miguel Ángel de Vicente et le directeur du Centre associé de l'UNED à Ségovie, Mariló Reina.

L'année scolaire se déroulera du 5 au 30 avril selon la méthodologie mixte. Prodestur, l'organisme en charge du tourisme dans l'institution provinciale, financera entièrement cette formation et le centre universitaire se chargera des enseignements, de la méthodologie et d'autres aspects académiques. Le cours vise la professionnalisation et l'excellence du secteur, du point de vue de la gestion financière des activités et sera divisé en trois modules de formation. Il dure quarante heures et s'adresse aux professionnels qui gèrent ou possèdent une entreprise dans le secteur du tourisme, sans connaissances élevées en économie financière et désireux de se former aux connaissances fondamentales de la gestion financière dans les petites entreprises du secteur du tourisme.

Le premier module, qui se déroulera du 5 au 12 avril, traite de l'information financière ou de l'analyse et du diagnostic de l'entreprise et passera en revue les concepts de base pour savoir analyser l'état actuel d'une activité et approfondira les indicateurs liés à liquidité, solvabilité ou rentabilité, entre autres. Les décisions de financement sont au centre de la deuxième partie du cours, qui se déroulera du 13 au 21 avril, et abordera des aspects tels que les concepts de base du calcul financier, du financement bancaire, des prêts et autres sources de financement. Le troisième module, qui se déroulera du 22 au 30 avril, abordera l'analyse des projets d'investissement, l'étude des critères de sélection des investissements et l'enseignement de l'estimation de la valeur d'une entreprise.

Le cours est dirigé par Inmaculada Pra Martos, titulaire d'un doctorat en sciences économiques et commerciales (UNED), expert en risque de crédit, supervision bancaire et finance durable. Il possède une vaste expérience de la recherche et de l'enseignement à l'UNED, dans d'autres universités et entités telles que l'Institut d'études boursières (IEB), le Collège universitaire d'études financières (CUNEF), le Centre universitaire Cardenal Cisneros ou l'Université pontificale de Comillas. (ICADE), et dans des formations en entreprise pour des entités telles que Banco Sabadell, BBVA ou Caja Madrid.

Les sessions en direct en ligne auront lieu les lundis, mercredis et vendredis de 9 h à 11 h. Les séances du lundi se tiendront en personne au Centre associé de l'UNED à Ségovie, également diffusées par voie électronique. En ce sens, les personnes intéressées qui sont inscrites dans la province auront la priorité d'assister aux cours en personne. Toutes les sessions seront enregistrées afin que les étudiants y aient accès à tout moment. Le cours a un coût de 15 euros pour les frais d'inscription. Pour consulter toutes les informations, les personnes intéressées peuvent se rendre sur le lien suivant: https://extension.uned.es/actividad/24180

Cours UNED

source: Diputación de Segovia

L'Association du Tourisme Rural et Actif de Ségovie (Aturacse) élira un nouveau président à l'assemblée générale des partenaires qu'elle envisage de tenir par télématique mercredi après-midi. Son chef depuis 2014, Domingo Asenjo, ne se présentera pas à la réélection, comme il l'a informé les médias.

Dans son annonce, il souligne que dans cette période «nous avons connu une croissance significative en termes de partenaires et en termes de structure organisationnelle et de reconnaissance de la représentativité et du statut social, le développement des réseaux sociaux et le positionnement sur Internet étant à mi-chemin de notre portail www.seruralsegovia.com est une référence dans le secteur dans la recherche de logements ruraux et d'activités dans notre province ».

Il souligne également que «beaucoup de choses ont changé et je me suis senti très à l'aise, en travaillant avec les collègues des différents conseils d'administration, pour former une association digne, exigeante et représentative du tourisme rural et actif dans la province de Ségovie et pour défendre le les droits et intérêts des partenaires et du secteur touristique en général, ainsi que d'exiger des améliorations des infrastructures, des équipements et des services du territoire provincial qui, en plus de profiter au tourisme rural et actif, profitent au territoire, aux citoyens et aux municipalités du lutte contre le dépeuplement et pour la récupération de l'Espagne vidée, où la présence et l'activité du tourisme rural et actif sont si importantes. "

L'Association du tourisme rural et actif de Ségovie est le résultat de la fusion en 2014 des associations Aturtipise et Aturacse, dont Asenjo était déjà présidente, qui remercie les communes d'Aguilafuente, Prádena et Turégano pour leur collaboration dans la réalisation de ses objectifs. "Les temps passent et les choses changent et de nouvelles propositions et actions sont nécessaires, ce qui, j'en suis sûr, les nouveaux collègues qui composent le nouveau conseil d'administration sauront dynamiser pour le bien des partenaires, du secteur du tourisme rural et des citoyens. et le territoire provincial en général », conclut Asenjo, qui précise qu'il continuera comme partenaire d'Aturacse.

Rural T.

Source: Le jour de Ségovie

Le Molino de los Señores, situé au bord de la rivière Eresma, à la sortie de la ville de Ségovie le long de la route d'Arévalo, est un exemple unique d'architecture industrielle, un bâtiment du XIXe-XXe siècle protégé dans le Plan Spécial des Zones Historiques (PEAHIS ) de Ségovie et déclaré site d'intérêt culturel (BIC) par la Junta de Castilla y León. Ses propriétaires, les frères Hernanz García, favorisent sa réhabilitation pour en faire un bâtiment à usage touristique, avec six appartements, sur la base d'un projet de l'architecte Félix Trapero Rodríguez avec un budget estimé à 233.511,89 XNUMX euros.

Les promoteurs ont demandé une licence environnementale, pour l'autorisation d'utilisation exceptionnelle (touristique) de terrains rustiques de protection spéciale et une licence d'urbanisme pour les travaux de réhabilitation, de sorte que le projet doit maintenant subir une période d'information publique de 20 jours dans laquelle les allégations peuvent être présenté.

La proposition maintient la salle d'usinage dans son état d'origine pour attribuer les étages supérieurs à l'hébergement hôtelier, grâce à une intervention compatible avec ses caractéristiques essentielles telles que le BIC.


En ce sens, l'emplacement des équipements de climatisation et de production thermique à l'intérieur a été exclu, car cela affecterait les qualités particulières des usines de l'usine et il a été choisi de les installer à l'extérieur en respectant l'environnement de ce bâtiment qui a été mis en chantier. Depuis 1983 un dossier de déclaration en tant que monument historico-artistique par la Direction générale des Beaux-Arts.

Le système de production thermique est basé sur l'utilisation d'énergies renouvelables et une installation hautement efficace et respectueuse de l'environnement a été projetée, grâce à un captage géothermique vertical en circuit fermé avec une pompe à chaleur géothermique qui permet à la fois la climatisation du moulin et la production de eau chaude sanitaire, selon le projet d'exécution. L'équipement nécessaire sera situé dans le demi-sous-sol d'un bâtiment adjacent connu sous le nom de «Casa del Hortelano».

Le rez-de-chaussée, au niveau d'accès au Moulin des Gentlemen, disposera du mobilier minimum indispensable; c'est-à-dire un comptoir et des sièges adaptés dans la zone d'attente, conçus pour se fondre dans la couleur avec le reste des matériaux. Au niveau inférieur de cette usine se trouve la zone de broyage qui préserve une partie de la machinerie de la dernière période de son activité de moulin (XNUMXe siècle).

Le premier étage abritera trois appartements touristiques, chacun configuré en studio, avec un espace de vie et une salle de bain séparée. L'un d'eux a été conçu comme un logement adapté. Le deuxième étage abritera un appartement de trois chambres (espace salon-salle à manger-cuisine; une chambre double, deux chambres simples et une salle de bains) et un bureau, tandis qu'au troisième, il n'y aura qu'un seul bureau.

Sur la parcelle, un parking de six places a été projeté en surface, l'un d'entre eux adapté.

El Molino de los Señores, avec des références documentaires du XIIe siècle (confirmation d'un don du 'Molino de los Señores Deán y Cabildo' par Alfonso I 'El Batallador' et son épouse Doña Urraca en 1122), faisait déjà l'objet de une intervention en 2018 pour des travaux de conservation des structures, nécessaires pour éviter que sa dégradation significative ne progresse

L'intrigue compte jusqu'à sept bâtiments ou vestiges de bâtiments: Molino de los Señores (402 mètres carrés), Casa de las Monjas (les servantes de Marie étaient propriétaires pendant une partie du XXe siècle), Casa del Hortelano, Casa de los Ventanales, nef, écuries et Casa del Molinero), totalisant 1.882,36 1.374 mètres carrés construits, XNUMX XNUMX en fait parce que les deux derniers ont été démolis.

Molino

Source: l'Adelantado de Segovia

Parmi les 15 plus beaux châteaux du monde, selon la liste sélectionnée par 'National Geographic', est l'Alcazar de Ségovie, l'un des châteaux médiévaux les plus caractéristiques du monde et l'un des monuments les plus visités? d'Espagne. Son profil imposant s'élève majestueusement sur la vallée d'Eresma et est un symbole de la ville de Ségovie. Palais et forteresse des rois de Castille, son agencement reflète la splendeur de la Cour au Moyen Âge, et ses murs ont été témoins de batailles, d'intrigues de palais, de mariages royaux et d'événements étonnants. Au cours de ses deux mille ans d'existence, l'Alcazar a été un fort romain, forteresse médiévale, palais royal, gardien du trésor royal, prison d'État,? Collège royal d'artillerie et archives militaires générales.

La forteresse de Ségovie est ainsi un cas unique dans l'histoire de l'architecture espagnole et européenne, du château et de la résidence royale, que son surnom indique: "alcaçar", dont elle est déjà connue en 1135, lorsque l'empereur Alphonse VII régnait. Le mot Alcazar, de l'arabe alqasr, sert à définir une résidence royale fortifiée, comme nous l'indique déjà le Dictionnaire de la langue castillane, dans sa première édition de 1870: «Les palais des rois et des grands seigneurs étaient autrefois appelés de cette façon, parce qu'ils étaient tous forts. "

Les 15 choisis comprennent également le château de Cardiff, qui était un fort romain, un impressionnant château normand et un palais gothique; le château de Saumur, sur les rives de la Loire lors de son passage dans la ville française qui porte son nom, datant du XNUMXème siècle; Le château de Dunnotar est situé en Ecosse, sur la mer du Nord, et a été construit au XNUMXème siècle; Le château d'Ashford, dans le comté de Mayo, est le plus ancien de toute l'Irlande; Le château de Stahleck en Allemagne a été construit sur le Rhin au XNUMXème siècle; au Japon, se distingue le château des samouraïs du château de Himeji, datant du XNUMXème siècle, bien qu'il ait été adapté et reconstruit jusqu'au XNUMXème siècle; Le château de Guimarães, situé dans le conseil portugais du même nom, a été créé au XNUMXème siècle; sur le lac Léman, au milieu des Alpes suisses, se dresse le château de Chillón, construit au XIIIe siècle; en Allemagne, le château d'Eltz est situé sur la Moselle, entre Coblence et Trèves; en Autriche se distingue le château de Hohenwerfen, construit au XIe siècle et l'un des monuments les plus visités par les touristes; «National Geographic» a également sélectionné le château d'Édimbourg (Écosse), une forteresse construite au XNUMXème siècle qui se dresse sur le «Castle rock»; Le château de Bran, en Transylvanie, est connu pour être celui du comte Dracula; Le château de Warwick, sur la rivière Avon, qui a été construit au XNUMXème siècle, figure également sur la liste.

Les deux châteaux espagnols sélectionnés sont l'imposant Alcazar de Segovia, une forteresse construite au 15ème siècle et l'une des principales attractions touristiques de la ville de Ségovie. Et le deuxième château espagnol choisi parmi les XNUMX plus beaux du monde est le château de Loarre, à Huesca.

Alcazar

Source: Le jour de Ségovie

Le conseil municipal du Real Sitio de San Ildefonso lance les sessions de formation SICTED pour les entreprises touristiques de la municipalité qui sont membres du projet de qualité touristique de la destination.

La Mairie du Real Sitio de San Ildefonso, à travers son Département du Tourisme, a développé deux jours de formation en ligne pour les entreprises touristiques rattachées au Projet de Qualité Tourisme SICTED, qui ont été dispensés par le personnel de l'Office de Tourisme habilité en tant que responsable technique de la destination.

A cette occasion, cinq entreprises du secteur du tourisme appartenant aux métiers de l'hébergement, de la restauration, des musées et du commerce ont reçu une formation au module méthodologique correspondant au cycle 1, où elles ont fait connaître des notions sur ce qu'est le projet SICTED, des lignes directrices sur l'utilisation des manuels de bonnes pratiques qui doivent être appliqués dans leurs établissements ainsi que l'utilisation de la plateforme de gestion, entre autres concepts, qui permettront de structurer les processus de gestion de leur entreprise et de détecter d'éventuelles carences internes pour améliorer la fourniture du service et atteindre la distinction dénommée «Engagement pour la qualité touristique», une reconnaissance nationale accordée par le secrétaire d'État au Tourisme.

La conseillère au tourisme, Paloma Ramírez, a souhaité la bienvenue aux participants, remerciant l'intérêt manifesté pour faire partie du projet SICTED et a souligné la nécessité de mener des initiatives comme celle-ci qui affectent la sécurité et la qualité des entreprises de la municipalité, faisant de La Granja y Valsaín est une référence en tant que destination de qualité, sûre et digne de confiance pour les touristes, les visiteurs et les voisins. Il a souligné son intention de continuer à miser sur un niveau de qualité homogène dans les services offerts aux touristes, précisant que tant les services touristiques, eux-mêmes, que les autres qui, sans être strictement, contribuent à la formation de l'expérience touristique dans la région, sont destination incluse. Et il a conclu en transmettant et en réitérant le soutien de la Mairie au secteur touristique de la commune, si touché par la crise sanitaire provoquée par Covid-19.

Il convient de noter que le Real Sitio de San Ildefonso fait partie du Système Intégral de Qualité Touristique dans les Destinations (SICTED) avec d'autres destinations touristiques du pays, depuis 2017 dans lequel il a reçu le «Engagement Qualité Tourisme» en reconnaissance du travail accompli pour améliorer la gestion de la qualité en tant que destination touristique.

SICTED est un projet d'amélioration de la qualité dans les destinations touristiques, promu par le secrétaire d'État au Tourisme et la Fédération espagnole des municipalités et provinces (FEMP), qui travaille avec des entreprises touristiques et des services de jusqu'à 36 métiers différents, ce qui influence l'expérience et satisfaction du touriste qui visite la destination. Actuellement, 215 destinations de toute la géographie nationale font partie de ce projet et qui ajoute déjà plus de 5.864 XNUMX entreprises distinguées sur tout le territoire national.

Tourisme La Granja

Source: SegoviaDirecto.com

L'évêché de Ségovie renonce à la propriété du cloître de Santa María la Real de Nieva. Le maire de la ville, Pilar Ares, par un côté municipal, informe que la sentence du tribunal provincial de Ségovie acquiert la fermeté, qui ratifie la décision du tribunal d'instruction, qui déclare que le consistoire comme "propriétaire du domaine complet" de la cloître de l'église du monastère. «Nous pouvons déjà affirmer fermement que les dépendances susmentionnées sont la propriété de cette ville de Santa María la Real de Nieva», déclare Ares à côté.

Le conseiller communique que, depuis que le conseil municipal a reçu le procès intenté par l'évêché de Ségovie, "ce Consistoire a défendu les intérêts de la municipalité avec tous les moyens à sa disposition", et reconnaît que "cela n'a pas été une voie facile mais le résultat final a été satisfaisant ". D'autre part, Ares rend clair l'esprit du consistoire de continuer à collaborer avec la paroisse, comme il l'a toujours fait et de l'aider dans tout ce qui est nécessaire.

En 2019, le conseil municipal de Santa María la Real de Nieva a remporté sur l'évêché de Ségovie le litige que les deux institutions ont maintenu pour la propriété de cet espace. Le tribunal de Santa María a statué dans la décision que le conseil municipal «détient la pleine propriété du cloître, du site de l'ancienne sacristie, du portier, de la salle capitulaire, du réfectoire, de la salle des tribunaux et de la salle de la reine, du complexe monumental - ancien Couvent des Dominicains - à Santa María ».

Sainte Marie

Source: l'Adelantado de Segovia

 

Le gouvernement espagnol, dans une décision unilatérale, amène la station de ski de Navacerrada à sa fermeture définitive. L'Organisation Autonome des Parcs Nationaux (OAPN), dépendant du Ministère de la Transition Écologique et du Défi Démographique (MITECO), a annoncé cet après-midi qu'elle ne ferait pas de nouvelle concession des installations de ski des pistes d'Escaparate, Telégrafo et El Bosque en Navacerrada, par une lettre adressée au Service territorial de l'environnement de la Junta de Castilla y León, qui avait demandé un rapport aux parcs nationaux en tant que propriétaires de cette partie du mont Pinar de Valsaín.

Selon l'OAPN, le renouvellement de la concession, signé le 3 avril 1996 et qui s'achèvera bientôt lorsque le terme de 25 ans sera atteint, n'est pas viable. La décision rétablira ces montagnes dans le domaine forestier public, garantissant la restauration environnementale et paysagère de ces terres de grande valeur, situées dans les environs du parc national de la Sierra Norte de Guadarrama et classées comme zone de gestion spéciale, qui deviendrait une partie de Zone à usage limité de Cumbres.

Les installations pour la pratique du ski correspondant à la concession comprennent, en plus des trois pistes citées, trois télésièges avec leurs constructions complémentaires et un système de neige artificielle composé d'un bâtiment de dépôt qui abrite les compresseurs, les conduites d'eau et d'air et le canons à impulsion. Un téléski de type tapis roulant installé sans autorisation se trouve également dans la zone.


L'entreprise de la station de ski de Puerto de Navacerrada doit démonter les remontées mécaniques et leurs semelles, enlever les bâtiments et enlever leurs gravats, câbles et prises d'eau avec un délai qui se termine le 30 octobre 2021.

Une zone protégée
La zone, qui s'étend sur 7,6 hectares, présente divers chiffres de protection. D'une part, le terrain où se trouvent les pentes et les télésièges au sud borde le parc national de la Sierra de Guadarrama (PNSG), classé comme zone d'utilisation modérée de type B. Le reste de sa limite borde la zone spéciale de protection du PNSG correspondant à une zone d'utilisation modérée de type A. Pour sa part, la prise d'eau du ruisseau Telegrafo est située en amont du début de la section de la rivière Eresma, déclarée Réserve naturelle fluviale de l'Alto Eresma.

En outre, les terres occupées sont situées dans la réserve de biosphère Real Sitio de San Ildefonso-El Espinar, la zone de protection spéciale pour les oiseaux (ZEPA) et la zone de conservation spéciale de la Sierra de Guadarrama (ZEC), faisant ainsi partie du réseau Natura 2000. .

La végétation qui entoure les terres occupées correspond également à des formations de pin sylvestre (Pinus sylvestris) et genévrier de montagne (Cyitisus purgans) et genévrier rampant (Juniperus comunis var. Nana).

Des parcs nationaux, ils soutiennent la décision sur le changement climatique et la pression touristique dans la région. Ainsi, ils expliquent que «le scénario actuel de changement climatique a déterminé cette décision, sur la base de prévisions défavorables, conformément aux données collectées par la station météorologique de Puerto de Navacerrada: depuis les années 70 (décennie de meilleures conditions pour l'existence de la neige à Navacerrada ), la température moyenne a augmenté de 1,95 degré, la température moyenne du minimum a également augmenté de 0,77 degré et la neige a été réduite de 25% (les jours de gel diminuent de 21,6, 24,2 et les jours de neige en XNUMX) ».

Un scénario auquel il faut ajouter, selon les Parcs Nationaux, la forte pression touristique et récréative que subit la zone: "le Port de Navacerrada souffre d'un sérieux problème de saturation et d'accès, des agglomérations qui, à l'occasion, représentent un problème d'ordre public et la sécurité publique, apport de déchets sans solution claire pour sa collecte et son évacuation. Bref, un modèle à usage public qui doit être adapté à la préservation des valeurs du milieu naturel du Parc National ».

Surprise
Ainsi conclut le communiqué de l'OAPN, qui a été porté à la connaissance du ministère de l'Environnement cet après-midi, en même temps que les médias, montrant leur surprise face aux formulaires et à la décision du ministère. Le gouvernement régional n'a pas encore décidé quelle sera la prochaine étape, bien que de nombreuses possibilités ne se présentent pas, «lorsque nous ne sommes que des gestionnaires et que le propriétaire de la forêt vous dit que vous ne pouvez pas continuer avec cette utilisation. Les mêmes sources ont montré leur gêne face à la manière dont agissent les parcs nationaux, lorsque la Junta de Castilla y León avait seulement demandé un renouvellement de la concession de la station de ski, une utilisation envisagée par le Recteur Plan d'Utilisation et de Gestion (PRUG) du Parc . "C'était une décision unilatérale, pas par consensus bien sûr", soutiennent-ils du ministère.

La même surprise s'est manifestée par celui qui était maire du Real Sitio de San Ildefonso et actuel avocat du PSOE, José Luis Vázquez, convaincu que «ce que le ministère a fait, c'est communiquer la fin d'une concession, mais le la restitution de cet espace à l'original est désormais improbable et impossible ». Vázquez souligne que les trois quarts de la gare sont situés dans le Real Sitio, «mais il y en a un quatrième qui est situé dans la Communauté de Madrid, avec toutes les entreprises liées à la gare, donc je veux être convaincu que c'est une communication de la fin d'une concession et maintenant il est nécessaire d'engager les procédures administratives pour soumissionner la nouvelle concession en conséquence ».

L'agriculteur défend la singularité «d'un parc comme le Guadarrama», qui est cette présence de l'être humain, parfaitement intégrée au territoire.

Navacerrada

Source: l'Adelantado de Segovia

La Communauté autonome de Castille et León reste le leader des nuitées dans l'hébergement de tourisme rural, enregistrant un total de 13.004 2021 au cours du mois de janvier 77,5, bien que ce nombre représente une baisse de 2020% par rapport au premier mois de XNUMX, comme en témoigne les données de l'enquête sur l'occupation des hébergements touristiques non hôteliers publiées aujourd'hui par l'Institut national de la statistique (INE).

La baisse des nuitées en Castille et León a ainsi été plus marquée que la moyenne du groupe national, qui se situait à 69,5% de moins lors de l'enregistrement de 111.434 79,62 nuitées. Le nombre de voyageurs a également diminué, dans ce cas de 32.649% au niveau national, s'établissant à 3.396 6.519 dont 3.516 ont visité Castilla y León, la troisième Communauté à cet égard après Madrid (XNUMX) et la Communauté valencienne (XNUMX).

Les limitations de mobilité dues à la pandémie, qui sont toujours en vigueur, ont fait du tourisme national le principal protagoniste également en janvier 2021, représentant 94,9% des nuitées, avec 12.348 5,1, contre les 657% restants générés par 3,83 étrangers. Le séjour moyen était de 3.290 jours. En ce qui concerne les voyageurs, une grande majorité de résidents en Espagne a également été enregistrée, 96,8 106, ce qui représente XNUMX%, contre XNUMX voyageurs de l'étranger.

L'indice des prix de l'hébergement touristique rural en Castille et León s'établissait à 2021 euros en moyenne en janvier 150,35, ce qui reflète une augmentation interannuelle de 0,76%, par rapport à la moyenne nationale, qui enregistrait un prix de 145,80 euros par nuit et une baisse de 0,7 pour cent par rapport à janvier 2020.

Le nombre d'établissements de tourisme rural a légèrement augmenté en Castille et León par rapport à décembre 2020 pour s'établir à 2.567 2.372, contre 21.240 3.248 le mois précédent, avec une offre de 1,97 2,63 places et un total de 11.593 104.851 travailleurs. Le taux d'occupation par place était de 15.253% tandis que le week-end, il augmentait légèrement à 2021%. Au niveau national, les 3,43 4,92 hébergements de tourisme rural existants offraient XNUMX XNUMX places fréquentées par XNUMX XNUMX employés, avec un taux d'occupation moyen en janvier XNUMX de XNUMX%, augmentant le week-end à XNUMX%.

Deux provinces parmi les meilleures

En ce qui concerne les données provinciales, Castilla y León a classé deux de ses provinces, León et Salamanque, parmi les 15 en Espagne qui ont enregistré le plus de nuitées dans les hébergements de tourisme rural. En ce sens, Salamanque occupait la sixième position mondiale du nombre de nuitées avec 3.500 au total en janvier 2021, avec un séjour moyen de 4,62 nuits totalisant 757 voyageurs, tandis que León se classait au quinzième rang avec 2.124 nuitées pour un séjour moyen de 3,16 nuits. et un total de 672 voyageurs, tous nationaux.

L'enquête sur l'occupation des hébergements touristiques non hôteliers publiée aujourd'hui par l'INE reflète également les données sur les nuitées en appartements touristiques, campings et auberges de jeunesse, où Castilla y León a enregistré des chiffres plus modestes par rapport à la moyenne nationale. Ainsi, la Communauté a fermé en janvier 2021 avec un total de 9.166 212 nuitées en appartements touristiques, 314 en campings et XNUMX en refuges.

Cyl Nuitées

Source: Le jour de Ségovie

Le conseil municipal d'Aguilafuente a entamé les démarches pour créer une banque d'emplois pour les assistants de promotion culturelle et touristique de la municipalité. Des contrats ou des rendez-vous temporaires seront conclus lorsque les besoins des personnes de la zone culturelle se feront sentir dans les espaces culturels municipaux de la ville: site archéologique de Santa Lucía, classe archéologique Aguilafuente, exposition permanente du sculpteur Florentino Trapero, exposition consacrée à l'imprimerie et au livre et la bibliothèque.

Les bases réglementaires du processus établissent les fonctions des postes, qui sont, entre autres: service à la clientèle, guide du visiteur, revitalisation des espaces culturels d'Aguilafuente, attention aux activités culturelles programmées selon le calendrier et le calendrier établis par le responsable de la Domaine de la culture et du tourisme et collaboration dans l'action administrative des espaces culturels.

De plus, il sera en charge de l'adaptation, du contrôle, de la surveillance, de la supervision, de la gestion et de la détection des besoins des différents espaces culturels; organisation d'entrepôts et de bureaux culturels; surveillance de la salle d'exposition; assistance logistique lors d'événements organisés par la Culture; aide aux efforts de diffusion; préparation de rapports de présence et de mémoires; gestion des traitements de texte, tableurs et autres programmes informatiques, et tâches en fonction des besoins de la bibliothèque: prêt et retour, activités pour encourager la lecture ...


Les candidats à cette banque d'emplois doivent être titulaires d'un diplôme universitaire lié à l'histoire, l'archéologie, la culture et le tourisme d'un niveau égal ou supérieur au diplôme intermédiaire en formation professionnelle.

Le processus de sélection comprendra deux phases: la compétition et l'opposition. Ce dernier comprendra deux tests: un test théorique à choix multiples sur le patrimoine culturel et touristique d'Aguilafuente (30 questions à choix multiples, chacune avec quatre réponses possibles, dont une seule sera valide), avec un temps test sur des questions spécifiques, rédaction de documents ou propositions liés à la gestion efficace du courrier électronique, des réseaux sociaux et / ou à l'utilisation efficace du package Microsoft Office.

Et dans la phase de concours, l'expérience professionnelle, la formation académique et les cours, séminaires, conférences et congrès seront valorisés.

Aguilafuente

Source: l'Adelantado de Segovia

Le patrimoine national rouvre aujourd'hui tous les sites royaux de Castilla y León, parmi lesquels les palais royaux de La Granja de San Ildefonso et Riofrío, après avoir été fermés depuis le 23 janvier suite aux recommandations sanitaires des autorités régionales.

Comme cela a été fait avant la clôture, National Heritage maintiendra des contrôles de capacité, limités à 33% dans les palais de ferme, auxquels un maximum de 90 et 70 personnes par heure peuvent accéder, respectivement.

En ce qui concerne les accès, le public du Palais Royal de La Granja pourra continuer à entrer par l'escalier de la Tapisserie et à sortir par le Car Patio, afin d'éviter les foules. A Riofrío, les mêmes critères d'accès avant la fermeture seront suivis, puisque l'itinéraire permet la visite sans générer d'embouteillages entre les personnes entrant et sortant du palais.


En plus des heures gratuites dans ces Sites Royaux, National Heritage continue de proposer ses billets à 50% de son prix dans tous ses monuments, dans le cadre d'une campagne extraordinaire qui a débuté le 8 octobre 2020 afin de favoriser l'accès à la culture et contribuer à la relance du secteur du tourisme.

À partir de ce samedi, le public pourra visiter les palais royaux de La Granja et Riofrío du mardi au vendredi, entre 10 h et 16 h, et les samedis et dimanches, de 10 h à 18 h, avec le dernier accès une heure. avant de fermer. Dans les deux cas, la gratuité sera garantie le mercredi, toute la journée, et le dimanche, à partir de 15hXNUMX. Les visites guidées seront pour des groupes de cinq personnes maximum, en plus du guide.

L'ouverture des Sites Royaux est donnée par l'amélioration de la situation sanitaire en Castille et León, suite aux mesures sanitaires adoptées par les organes compétents pour garantir une visite publique sûre.

Également ouverts aujourd'hui dans la communauté, le monastère royal de Santa Clara de Tordesillas, à Valladolid, et le monastère de Santa María la Real de Las Huelgas, à Burgos.

P. Reales

Source: l'Adelantado de Segovia

La Commission Territoriale du Patrimoine de Ségovie a autorisé aujourd'hui la fouille archéologique dans une zone dégagée du site de Préhistoire identifiée dans la parcelle d'extension du centre de traitement des déchets de Los Huertos. Dans les travaux de contrôle archéologique, au moins 50 structures de dimensions différentes creusées dans le terrain naturel ont été identifiées, telles que des trous de poteaux, des seaux / silos, d'éventuels fonds de cabanes en retrait, auxquels sont associés des éléments céramiques et métalliques, avec la chronologie du Bronze ancien. Âge, rapporte Ical.

De la Commission, ils ont expliqué qu '"il n'a pas encore été possible de délimiter la zone d'extension du site, qui semble grande" et n'est intervenu que dans la zone centrale de la parcelle, où il y a une concentration notable de trouve.

La Commission du patrimoine a jugé indispensable d'autoriser cette fouille, dans laquelle le défrichement mécanique du couvert végétal sera effectué des bandes extérieures du gisement vers sa zone nucléaire, afin de connaître les limites de la zone de dispersion du structures, et nettoyage manuel et fouille des structures archéologiques et des niveaux pour les documenter.

D'autre part, à Nava de la Asunción, le feu vert a été donné à l'activité archéologique préventive d'un projet d'installation solaire photovoltaïque, avec prospection archéologique intensive et couverture totale des terrains affectés par le projet d'installation de la centrale photovoltaïque, situé à proximité de la ville romaine de Matabuey, et la fouille mécanique de 11 bandelettes stratigraphiques et archéologiques de 10 mètres carrés chacune, sur les lignes de fondation projetées pour accueillir les panneaux solaires.

À Torre Val de San Pedro, l'activité archéologique liée à la deuxième phase du projet de travaux d'infrastructure de la zone de remembrement foncier de cette municipalité a également été autorisée. Une action de prévention archéologique sera menée, consistant en une prospection systématique et une couverture totale des zones affectées par les travaux d'infrastructure plus une bande de protection de 50-100 mètres, afin de déterminer les incidents archéologiques qui pourraient être produits et de définir les mesures correctives précises. .

Les vergers

Source: Segoviaudaz

Les associations les plus représentatives du secteur du tourisme de la province de Ségovie (Association de l'hébergement, de l'hôtellerie et du tourisme de Ségovie HOTUSE-AIHS, Association du tourisme rural et actif, Association des serveurs, Association des sommeliers ASUSEGO, Association des guides touristiques, EURO- TOQUES, MAÎTRES DE CUISINE, Association des cuisiniers FACYRE) ont exprimé leur intention de participer activement aux décisions et propositions qui sont faites sur le secteur dans notre province et ont décidé de lancer la table sectorielle du tourisme provincial.

Cette table de dialogue sectorielle est ouverte à d'autres formations, certaines comme SEGOVIASUR, l'association des agences de voyages, le CIT de Cuellar et la campagne de Ségovie ont déjà adhéré, et d'autres comme CODINSE, HONORSE, AIDESCON et le centre CIT tourisme initiatives à El Espinar sera incorporé sous peu, après avoir consulté leurs conseils d'administration respectifs au sujet de leur incorporation et, de cette façon, participera aux décisions prises concernant le secteur dans notre province.

Cette table est mise en place pour transmettre aux institutions les besoins du secteur, à la fois dans la préparation des différents projets et leurs demandes, et avec lesquelles elle tiendra des réunions régulières. La création de cette table de dialogue est urgente, d'autant plus à l'époque que nous avons dû vivre et avec la nécessité de soulager le secteur du tourisme des nombreux fardeaux qu'il porte, rapporte HOTUSE dans un communiqué.

Ils considèrent qu'il est essentiel d'avoir les professionnels du tourisme de la province dans la préparation des différentes propositions qui sont réalisées, comme demander, une fois de plus, aux différentes institutions qui soutiennent le secteur dans la création des conditions idéales pour sa réactivation, également le bonus et exonération des frais et taxes. De plus, qu'ils sont comptés lors de la préparation des différents projets liés au secteur, tant pour le soutien que pour la promotion.

L'une des premières actions proposées est de réitérer aux administrations, en général, et aux communes de la province, en particulier, qu'elles soutiennent les entreprises qui connaissent le pire de cette pandémie puisque leur survie est vitale pour le maintien de l'emploi dans les zones rurales. Un autre objectif de l'Office provincial du tourisme de Ségovie est de soutenir et de contribuer au développement de notre province.

Ils sont convaincus que la création de cette plateforme sera utile pour véhiculer des propositions, des projets, des besoins et des demandes. Toujours essayer d'ajouter par l'expérience et la connaissance du secteur.

Table de tourisme

Source: Le jour de Ségovie

Un mois après la fermeture précipitée faute de neige, la station de La Pinilla rouvre ses portes en cette saison atypique avec neuf jours de ski, et tente de profiter des pluies tombées au cours de cette dernière semaine.

En attendant de publier la partie quotidienne le matin du jeudi 25 février, depuis La Pinilla, il est détaillé qu'ils ouvriront "la zone supérieure de Gran Plató, Pinilla et Mirador, avec des limites de neige. Alors que le retour et l'avant seront sois fermé.

Seuls les citoyens de Castilla y León pourront y assister et il est certain qu'ils pourront compléter le quota et profiter de ce qu'on appelle «l'or blanc».

Les tarifs spéciaux de 20 euros pour les adultes et 15 pour les enfants sont valables le jeudi et le vendredi.

La station a déjà demandé à la Junta de Castilla y León, en collaboration avec la Communauté de Madrid, d'autoriser l'accès de cette communauté en utilisant le pass acheté en ligne comme sauf-conduit pour contourner la fermeture du périmètre.

La Pinilla

Source: Le jour de Ségovie

En février, la comédie de Noël réalisée par Álvaro Fernández Armero «A mille kilomètres de Noël» a repris son tournage. Il le fera d'abord à Arties, une petite ville située dans la vallée d'Aran, puis à Benasque et dans d'autres villes voisines de la province de Huesca.

Le film prolongera sa production de quelques semaines supplémentaires dans différents endroits de Ségovie, Madrid et Guadalajara. `` À mille kilomètres de Noël '' arrivera sur Netflix à Noël en 2021 et `` The Beast '' et `` The Crystal Girls '' à partir de 2022.

La plate-forme a déjà annoncé en octobre dernier sept nouveaux projets de production espagnols originaux pour 2021, comprenant trois séries de fiction, deux documentaires, un long métrage et un spécial `` stand up comedy '' créé et mettant en vedette Dani Rovira sous le titre de `` Hate ''.

Peli à 1000 km

Source: Le jour de Ségovie

National Heritage a approuvé un projet de restauration des environs du palais de Santa Cecilia, dans le cadre du mandat municipal du Real Sitio de San Ildefonso. Le projet présenté et finalement approuvé par National Heritage et soutenu par le conseil municipal du site royal de San Ildefonso, selon Europa Press, envisage la récupération de l'espace du palais de Santa Cecilia, tous deux du bâtiment du palais lui-même (affecté par les années d'inactivité) ainsi que les bâtiments adjacents, comme les écuries ou les anciens thermes.

Comme le rapportent les promoteurs de ce Palais, l'action est «très respectueuse de la nature et de l'engagement pour la durabilité, elle a prévu le reboisement de la ferme et avec elle le retour sur les rives du réservoir d'espèces de flore et de faune indigènes, perdues ce jour en raison du passage du temps et de l'abandon ».

Grâce à une note du service de communication du Palacio de Santa Cecilia, le projet proposé pour le domaine du palais fonde l'avenir immédiat de l'espace sur une série d'aspects étroitement liés à la conservation, la promotion et le soin de la nature, avec l'eau comme un lien commun.


Le Palais de Santa Cecilia était auparavant un hôtel et le siège du Collège des Sacrés Cœurs, et l'hommage à l'histoire sera également présent dans le projet. Un accent particulier sera mis sur l'aménagement d'espaces pour enfants, destinés à un apprentissage sain dans un environnement naturel à travers différents ateliers d'écriture, de peinture, de musique et d'autres disciplines ancrées dans la tradition des ateliers artisanaux qui signifiaient, et certains le font encore. une grande partie de l'activité du Real Sitio de San Ildefonso.

La ferme Santa Cecilia est située dans le Real Sitio de San Ildefonso, en bordure de la rivière Eresma au pied du réservoir Pontón Alto. Vous y trouverez l'emblématique hôtel ou palais de Santa Cecilia, un bâtiment historiciste construit entre 1904 et 1906 comme résidence noble; équipé de façades en brique et tour. Il a quatre étages et est complété par une maison de gardien et des écuries. Utilisé comme résidence et collège des Sacrés Cœurs, il est actuellement vide et inutilisé.

La superficie totale de la parcelle est de 55.370 1.065,95 mètres carrés, dont XNUMX XNUMX sont occupés par des bâtiments. Quelques-uns ont été les projets qui ont été pensés pour ce bâtiment que National Heritage tente de louer depuis des années, mais aucun ne s'est réalisé jusqu'à présent. Il va maintenant être restauré.

Santa Cecilia

Source: l'Adelantado de Segovia

Nobles, évêques, monarques ... Ils avaient tous quelque chose en commun: la volonté de construire des résidences luxueuses pour montrer leur richesse, leur opulence et leur puissance. Grâce à sa vanité, l'Espagne peut désormais se vanter de l'un des héritages de palais les plus riches d'Europe. Et la province de Ségovie n'est pas en reste, puisque le Palais Royal de La Granja est le quatrième `` plus beau '' d'Espagne, selon la liste préparée par Civitatis, la société leader dans la vente de visites guidées, d'excursions et de visites gratuites en Espagnol partout dans le monde.

«À environ 13 kilomètres de Ségovie se trouve le Palais Royal de La Granja de San Ildefonso, une majestueuse résidence construite sur ordre du roi Felipe V. Le premier monarque Bourbon a apporté un goût pour les palais élégants de France et a décidé de l'appliquer à ce joyau architectural, confiant le projet à l'architecte Teodoro Ardemans ». C'est ainsi que l'entreprise définit les caractéristiques du palais de la ferme.

Au sommet de la liste se trouve le Palais Royal d'Aranjuez (Madrid), connu des touristes sous le nom de «Versailles espagnol». Il est suivi du Palais Royal de La Magdalena (Santander), de style éclectique, qui couronne solennellement la baie de Santander. À la troisième place se trouve le Palacio de San Telmo (Séville), un bâtiment qui abrite la présidence de la Junta de Andalucía.

Palais Adelantado

Source: l'Adelantado de Segovia

Sans aucun doute, 2020 a été l'année phare du tourisme rural. Malgré la fermeture des hébergements pendant les mois les plus durs de confinement et les restrictions de mobilité qui en découlent, les voyageurs ont plus que jamais opté pour le «tourisme de proximité» pour profiter de leurs vacances et de leurs week-ends. Selon les données extraites du portail d'hébergement https://www.clubrural.com, ces réservations de l'année dernière ont augmenté de 35% par rapport à 2019. Si auparavant, les voyageurs prenaient en compte des variables telles que le prix, la localisation, l'offre gastronomique et les lieux d'intérêt à proximité pour décider de la destination «maintenant la plupart recherchent un hébergement indépendant, avec -covid protocol et qui offre une politique d'annulation flexible », assure Aroa Salazar, responsable communication de https://www.clubrural.com. Tenant compte de ces données, le portail de l'hébergement rural a publié une liste des 50 capitales du tourisme rural les plus visitées l'année dernière.

Dans la province de Ségovie, la ville d'Ortigosa del Monte est devenue la capitale rurale de l'année 2020, étant la plus visitée et la plus demandée pour ce type d'hébergement.

Au niveau de Castilla y León, en plus d'être la communauté avec le plus de logements ruraux, elle possède également certaines des municipalités les plus demandées. C'est le cas de Navaluenga (Ávila), devenue cette année la ville la plus visitée de la communauté, devant la ville ségovienne d'Ortigosa del Monte, Candelario (Salamanque), Aguilar de Campoo (Palencia) ou Soto de Sajambre (León ), qui ont été les favoris de leur province. À Burgos, le gagnant a été Villadiego (Burgos), où se trouve un quartier appelé Villalibado qui a été abandonné et récupéré des années plus tard grâce à un projet de tourisme rural promu par une famille et qui accueille désormais un nombre important de touristes chaque année.

Ortigosa del Monte

Source: l'Adelantado de Segovia

Le président de l'Association Les Plus Belles Villes d'Espagne, Francisco Mestre, et le président de l'Association Espagnole des Communes de Montagne, Marcel Iglesias ont effectué un premier contact pour prendre des décisions visant à la nécessaire revitalisation de l'environnement rural et à la protection des villages de montagne. C'est la réponse de l'Espagne vidé à la pandémie.

Les deux associations cherchent à avancer dans la conception de politiques et de nouveaux programmes permettant de restaurer les systèmes productifs locaux, de promouvoir de nouvelles opportunités commerciales, de redéfinir les formes de relation entre le monde rural et les villes, ainsi que de lutter contre le dépeuplement qui d’entre eux souffrent de ces municipalités. Avec cette rencontre, une voie est ouverte à la collaboration entre les deux associations qui réunissent près de 400 personnes, toutes dotées d'un patrimoine culturel et historique unique.

Les mesures dans lesquelles les deux associations vont travailler ensemble visent à résoudre le grave problème du dépeuplement, en particulier dans les petites communes, où une fiscalité différenciée, une relance de l'économie circulaire et des services dans des conditions égales, ainsi que des aides à l'amélioration des télécommunications ( dans de nombreuses villes, même les guichets automatiques font défaut) et pour faire face au recul du secteur du tourisme que beaucoup de ces villes ont subi en raison de la pandémie.


"La plupart des plus belles villes d'Espagne sont également des villes de montagne", a souligné Iglesias. «Les deux associations vont travailler ensemble à des projets qui peuvent profiter à nos peuples de l’Espagne intérieure en essayant d’être leur porte-parole. Pour Mestre, il y a «un besoin urgent de mesures efficaces à adopter dans nos villes pour faire face au problème du dépeuplement, en veillant tout particulièrement à la bonne utilisation des fonds provenant de l'UE, surtout maintenant que la pandémie a limiter, voire fermer, une grande partie du tissu productif de ces belles villes: le tourisme ».

L'Association Les Plus Belles Villes d'Espagne, qui compte déjà 104 villes uniques, est née de la conviction et du besoin de faire connaître au monde entier les merveilleuses villes qui parsèment la géographie espagnole. L'objectif est de promouvoir les petites communes, de préférence rurales, regroupées sous la même marque de qualité, à travers des actions promotionnelles et des événements culturels que l'association entreprend tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Espagne. Ce réseau englobe des lieux de grande beauté et de personnalité qui respirent à la fois histoire et culture, des villas marquées par la tradition dont le voyageur pourra profiter en parcourant ses routes et en se mêlant aux habitants.

Villa Maderuelo Puerta 218x150

Source: l'Adelantado de Segovia

La Fundación Patrimonio Natural de la Junta et le Consortium de la Route de la Ribera del Duero ont signé un accord pour installer une équipe d'observation de la faune, à des fins d'information, dans la Maison du Parc Hoces del Río Riaza, à Montejo de la Vega de la Serrezuela (Ségovie). La caméra sera installée dans la Casa del Parque et se concentrera sur l'un des nids de vautours fauves dans cet espace naturel et pourra être utilisée par tous les visiteurs qui viennent au centre.

Hoces del Riaza Montejo Park House à la vega de la serrezuela
Maison du parc Hoces del Riaza, à Montejo de la Vega de la Serrezuela. / EA
Les visiteurs pourront contempler les zones limitrophes du nid de manière autonome, et ils pourront également observer les oiseaux en ligne via les pages Web de la Fondation du patrimoine naturel et de la Route Ribera del Duero basée à Aranda de Duero (Burgos). Ce projet, inscrit dans le plan de développement prévu par la charte du tourisme durable, a coûté 7.600 XNUMX euros, qui seront entièrement financés par la route des vins.

Le ministre du Développement et de l'Environnement, Juan Carlos Suárez-Quiñones, a souligné que des actions telles que celles-ci «permettent aux Maisons du Parc d'être davantage liées au territoire où elles effectuent leurs travaux et permettent d'apporter la nature de Castilla y León plus proche d'un public qui apprécie la qualité et l'unicité des choses ».


Suarez-Quiñones a également souligné l'impact international de cette route «qui devient une attraction pour les oenotouristes du monde entier».

De son côté, le président de la Route des vins de la Ribera del Duero, Miguel Ángel Gayubo, a exprimé sa satisfaction de pouvoir contribuer à la préservation et à la diffusion de l'un des principaux parcs naturels de la Ribera del Duero.

"Le parc des Hoces del Río Riaza abrite le plus grand refuge pour oiseaux de proie d'Europe et nous devons en prendre soin et faire connaître son charme", a-t-il déclaré avant de conclure que cette collaboration fait partie de l'engagement de la Route des vins " nous maintenons avec durabilité et respect de notre environnement et que nous continuerons de développer dans les mois à venir ».

Montejo

Source: l'Adelantado de Segovia

e projet de coopération Leader `` Musées vivants '' a été sélectionné par le Réseau rural national du ministère de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation pour participer à la troisième édition des Prix de l'inspiration rurale 2021.

Rural Inspiration Awards (RIA) est une initiative lancée par le Réseau européen pour le développement rural (REDR - Réseau européen pour le développement rural) qui tente de valoriser les bonnes pratiques de développement rural au niveau européen en récompensant les projets financés par les fonds du FEADER qui se distinguent par sa contribution à la politique de développement rural, rendant un monde rural européen plus compétitif, durable et inclusif.

Dans cette troisième édition, le thème des Prix de l'inspiration rurale 2021 est `` Notre avenir rural '' et il est divisé en quatre catégories: avenir vert, avenir numérique, avenir résilient et avenir socialement inclusif. De plus, un cinquième prix est décerné par vote en ligne populaire. «Musées vivants» a été sélectionné dans la catégorie Avenir numérique: initiatives de numérisation dans l'agriculture et les communautés rurales.


Le Réseau européen de développement rural (REDR), en charge de l'organisation de ces prix, annoncera prochainement les projets sélectionnés pour être éligibles aux prix en mars.

Le Groupe d'action locale ADRI Valladolid Norte a lancé une initiative de coopération pour développer un programme pilote appelé «Musées vivants». Après avoir présenté le projet à tous les GAL de Castilla y León, sept autres groupes ont rejoint cette initiative: Adeco-Camino, Adecoar, Agalsa, Adri Ribera de Duero Burgalesa, Segovia Sur, Cuatro Valles de León et Asopiva de Soria.

L'objectif du projet est de valoriser et de stimuler la culture locale et rurale à travers la réouverture de certains centres (musées ethnographiques, centres d'interprétation, espaces culturels, etc.) situés dans les territoires couverts par les GAL. À l'heure actuelle, 23 centres situés dans les provinces de Burgos, León, Ségovie, Soria et Valladolid sont inclus dans les «musées vivants», dont six situés dans des municipalités de moins de 100 habitants.

Un projet innovant
Par la réouverture de musées fermés faute de moyens, le projet «Musées vivants», clairement innovant, fait revivre ces structures fondamentales dans la promotion touristique des territoires ruraux.

La réouverture des centres s'est faite grâce à l'automatisation de toutes les étapes de la visite: demande d'entrée dans le centre, identification des visiteurs, ouverture des bâtiments, suivi de la visite et fermeture des installations. Tout cela a été réalisé grâce à la technologie Smart.

Ce système permet à ces centres de rester ouverts sept jours sur sept, 24 heures sur XNUMX. Visiter l'un de ces musées est simple et confortable. A travers le site internet créé à cet effet, hmuseosvivos.com, vous sélectionnez le centre que vous souhaitez visiter, le jour et l'heure. Le web génère automatiquement un code d'accès qui doit être saisi sur un clavier numérique situé à la porte du centre.

Musées

Source: l'Adelantado de Segovia

«Jardins avec histoire» de La2 de Televisión Española, un programme dédié à l'architecture des jardins, à l'histoire de l'art et à la botanique, consacrera son prochain chapitre aux jardins du Palais Royal de La Granja de San Ildefonso. La série peut être vue ce samedi 13 février à 18h00.

Présenté par l'architecte Arturo Franco, il favorise la prise de conscience du patrimoine végétal à travers des biographies de personnages historiques qui ont manifesté leur intérêt pour la nature et qui ont laissé leur empreinte à travers les trésors paysagers de notre patrimoine culturel. A cette occasion, l'architecte découvrira les gigantesques arbres centenaires avec Nilo Fernández, délégué du patrimoine national à La Granja de San Ildefonso, et présentera le fonctionnement de l'impressionnant réseau hydraulique avec le responsable du système de fontaines du site royal, Luis Vallejo.

En outre, la marque laissée par la reine Isabel de Farnesio sera revue, à la fois sous le règne et dans la décoration du palais, expliquée par l'historien du patrimoine national, José Luis Sancho. L'épisode sera suivi par le contre-ténor Gabriel Díaz Cuesta, qui testera l'acoustique du Cenador de Mármoles, en rappel des concerts avec lesquels Carlo Broschi, Farinelli, a diverti Felipe V à la Ferme.

Motifs

Source: l'Adelantado de Segovia

Le Hay Festival à Ségovie a été l'événement culturel le plus important de Castilla y León en 2020, selon les classifications nationales et régionales, respectivement, proposées par la Fondation contemporaine au sein de son Observatoire de la culture en Espagne.

Le Hay Festival apparaît comme le premier événement culturel de Castilla y León dans la liste des institutions, concours, festivals et programmes dans toute l'Espagne, établie à partir des réponses d'experts nationaux consultés par la Fundación Contemporánea.

Une année de plus, ce classement est dirigé par le musée du Prado (Madrid) et le musée Reina Sofía (MNCARS), également dans la capitale espagnole, tandis que le Festival du film de Saint-Sébastien a arraché la troisième place au musée Guggenheim de Bilbao.

 
Au sein de cette relation nationale, Castilla y León est représentée par le Hay Festival Segovia, à la 23ème position à laquelle elle a accès depuis 66 récoltées en 2019, devant le MUSAC de León (25), du Seminci de Valladolid (27), la Foire du Théâtre Castilla y León à Ciudad Rodrigo (46), l'Année Delibes à divers endroits (69) et le Musée National de la Sculpture à Valladolid (81).

D'autre part, les experts consultés en Castille et León ont dressé une liste régionale que le Seminci mène devant le MUSAC, la Foire du Théâtre Castilla y León, le Hay Festival Segovia et le Musée National de la Sculpture, dans les cinq premières étapes .

Viennent ensuite le musée Patio Herreriano, à Valladolid (6), le musée de l'évolution humaine, à Burgos (7); le Festival de théâtre alternatif, dans la province de Valladolid (8); le Théâtre Calderón, à Valladolid, (9); le musée d'art contemporain Esteban Vicente, à Ségovie (10); le Musée d'Art Nouveau et Art Déco-Casa Lis, à Salamanque, (11).

À égalité pour la douzième place, le Festival des arts de la rue et du théâtre (TAC) de Valladolid; suivi de la Fundación Cerezales Antonino y Cinia, à León (13); le centre d'art de Caja Burgos (14); et le Festival International du Cirque de Castille et León, à Ávila (15).

Il est suivi du Festival international des arts de Castille et León, à Salamanque (16); le Forum de la culture, à Burgos (17); Festival de marionnettes «Titirimundi» à Ségovie (18); la Rencontre internationale des artistes de rue, à Aguilar de Campoo (Palencia) (19); le Domus Artium, à Salamanque (20); le festival itinérant Escenario Patrimonio (21); le centenaire des Delibes, à Valladolid et dans d'autres provinces (22); Théâtre Bergidum, à Ponferrada (León) (23); le Musée ethnographique de Castilla y León, à Zamora (24).

Hay festival

Source: Adelantado de Segovia

En mars 2019 s'est achevée la dernière phase de la Vía Verde Valle del Eresma (Segovia-Fuente de Santa Cruz), qui longe l'ancienne ligne de train de Ségovie à Medina del Campo, jusqu'à la limite avec la province de Valladolid. Près de deux ans plus tard, il est devenu une véritable échappatoire en période de pandémie, comme alternative aux loisirs de plein air.

Bien qu'au cours de l'année écoulée, il n'ait pas été possible de réaliser des marches organisées par des clubs sportifs, des associations et d'autres entités, en raison de la crise des coronavirus, de nombreux citoyens ont parcouru à pied ou à vélo un chemin naturel qui passe par Ségovie, Valverde del Majano, Hontanares de Eresma, Los Huertos, Armuña, Yanguas de Eresma, Armuña, Ortigosa de Pestaño, Santa María la Real de Nieva, Nieva, Nava de la Asunción, Coca et Fuente de Santa Cruz, et par Fuente Olmedo, Aguasal et Olmedo, déjà dans la province de Valladolid.

Le Consortium Vía Verde Valle del Eresma, composé de la mairie de Ségovie et des conseils provinciaux de Ségovie et Valladolid, est l'entité qui gère et entretient cette route. Au cours de l'année 2020, des travaux extraordinaires ont été réalisés pour nettoyer la source dans la région de Yanguas de Eresma, ainsi que des travaux ordinaires pour le déblaiement mécanique des berges et des gouttières, et le top dressing des zones endommagées par les pluies. En outre, les permis correspondants ont été obtenus pour l'Association des écologistes de Segovia Terractua, pour la plantation, par ce groupe, d'arbres sur la voie verte, dans la municipalité de Nava de la Asunción. 252 unités ont été plantées, 126 de chaque côté, sur un tronçon d'environ un kilomètre, à la hauteur de la route 49, parallèle à l'autoroute SG-P-3432, entre les municipalités de Nava de la Asunción et Coca.

 
Une autre fonction du Consortium est de promouvoir cet itinéraire en tant que projet qui offre à l'utilisateur de nouvelles possibilités de loisirs et une forme alternative et respectueuse de tourisme avec l'environnement, l'éducation environnementale et l'interprétation de la nature, ainsi que de fournir un outil pour l'exercice de des activités éducatives et culturelles qui contribuent à une meilleure intégration et une meilleure connaissance de l'environnement. La voie verte favorise également la conservation du patrimoine culturel et traditionnel, apportant de nouvelles fonctionnalités aux infrastructures abandonnées.

Dans la perspective de cette année, il est prévu de remplacer l'éclairage du tunnel de Perogordo, et en plus d'entreprendre l'entretien ordinaire et l'entretien de la piste, il est prévu d'améliorer une section grâce à un revêtement supérieur extraordinaire pour corriger l'usure causée par l'utilisation. de la route.

71 kilomètres pour en profiter
La Vía Verde Valle del Eresma est construite sur une ancienne voie ferrée utilisée de 1884 à 1993. Le but de cette ressource naturelle est de contribuer à valoriser l'offre touristique des 71 kilomètres qu'elle parcourt, reliant la capitale de Ségovie à la commune de Valladolid d'Aguasal.

La société Tragsa était en charge de l'exécution du projet dans son intégralité, divisé en trois phases, avec un budget dépassant les 2.300.000 XNUMX XNUMX euros, financé par le ministère de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation. La première de ces phases allait du pont métallique sur le ruisseau Tejadilla (dans le quartier Fuentecilla-Puente de Hierro) et la station Yanguas de Eresma; le second relie ce point à Nava de la Asunción, et le troisième et dernier comprend la section entre Nava et Aguasal (Valladolid).

Différents éléments du patrimoine ont été récupérés, parmi lesquels se détachent les anciens ponts en fer de la route. La première, celle située à Yanguas sur la rivière Eresma, longue de 75 mètres, et la seconde, celle qui traverse la rivière Voltoya déjà à Coca, une infrastructure de l'année 1900, haute de 28 mètres, toutes deux préparées pour les piétons et les cyclistes. .

Voie verte

Source: Adelantado de Segovia

Le président de la Diputación, Miguel Ángel de Vicente et l'adjointe du tourisme, Magdalena Rodríguez ont rencontré ce matin des représentants de l'Association professionnelle du tourisme rural et actif de Ségovie pour leur transférer les mesures de soutien au secteur du tourisme que du provincial institution Ils ont été réalisés depuis le début de la pandémie et que, comme Rodríguez l'a déjà signalé lors de la conférence de presse de planification de l'organisation autonome Prodestur, ils ont une vocation de continuité en 2021.

De cette manière, le Conseil provincial et ATURACSE, représenté par son président, Domingo Asenjo, s'accordent sur la nécessité de maintenir l'aide au secteur et reformulent les primes de vacances Réinventez vos vacances afin qu'elles rapportent le maximum d'avantages pour les entrepreneurs de Ségovie dans le secteur. En ce sens, l'institution provinciale s'est engagée à assouplir l'allocation financière des deux postes, afin que le budget non dépensé ne soit pas supprimé. Enfin, ils ont été informés de la campagne de promotion du tourisme rural dans la province qui sera lancée par le Conseil provincial de Ségovie dès que les restrictions sanitaires le permettront, et de la médiation qui sera menée avec d'autres administrations pour obtenir différents avantages pour le secteur.

Rencontre avec T. rural

source: Diputación de Segovia

Le tourisme de proximité a connu une croissance notable en 2020, en raison des restrictions de mobilité et des fermetures de périmètre en raison de Covid-19. Bien qu'au fur et à mesure que les campagnes de vaccination progressent, on s'attend à ce que le secteur du voyage retrouve progressivement la normalité, tout semble indiquer que le tourisme de proximité continuera d'être une tendance au cours de cette année.

Mais, en plus des grandes villes et des plages, quelles destinations seront les stars de 2021? Musement, une plateforme de réservation d'activités à destination, a élaboré une carte des villes les plus populaires de chaque province espagnole. Pour sélectionner les 50 villes, une pour chaque province, toutes les communes espagnoles de moins de 20 000 habitants et les données du volume de recherche dans Google pour le terme «que voir en [commune]» ont été prises en compte.

Du nord au sud et d'est en ouest, l'Espagne regorge de villes charmantes qui peuvent devenir le cadre idéal pour profiter de la «nouvelle normalité». Pour les voyageurs qui préfèrent visiter les petites villes, mais avec beaucoup à offrir, Guadalest (Alicante), Pedraza (Ségovie), Miravet (Tarragone) et Medinaceli (Soria), sont l'option idéale, car elles n'atteignent pas 1000 habitants, mais elles avoir avec de nombreux lieux d'intérêt. Ainsi, Pedraza devient la ville la plus populaire de la province de Ségovie, visitée par des milliers de personnes chaque année. «Déclarée site historique en 1951, cette ville médiévale fortifiée attire les touristes de par sa beauté et son riche patrimoine. Ne manquez pas la prison de la ville, le château d'Ignacio de Zuloaga et le Pozo de las Hontanillas! », Ils le décrivent sur la plate-forme.

 
Parmi les villes les plus populaires, il convient de souligner Peñíscola, la belle ville côtière de la province de Castellón, qui accumule en moyenne 74.000 3.600 recherches mensuelles sur Google et XNUMX XNUMX recherches pour le terme `` que voir à Peñíscola ''. Mais ce n'est pas la seule ville au bord de la mer qui conquiert les cœurs. Llanes, le beau village de pêcheurs des Asturies et Hondarribia (Guipúzcoa), avec les balcons colorés de leurs maisons typiques, triomphent également à l'intérieur et à l'extérieur de leurs provinces.

Les amoureux de la montagne seront heureux de voir sur la carte Jaca (Huesca), Cervera de Pisuerga (Palencia), Albarracín (Teruel), Cazorla (Jaén) ou Lerma (Burgos), des destinations qui permettent de combiner visites culturelles et activités dans la nature.

Suivez les traces de l'ingénieux gentleman Don Quijote de La Mancha à Consuegra (Toledo), découvrez la Ruta de los Conquistadores à Trujillo (Cáceres), ou dégustez les meilleurs vins de Cambados (Pontevedra), Haro (La Rioja) ou Laguardia ( Álava) Ce ne sont là que quelques-uns des plans et des expériences qui peuvent être appréciés dans les villes les plus populaires de chaque province espagnole.

Le château d'Enrique II de Trastamara à Ciudad Rodrigo, l'arc de Medinaceli ou le palais ducal de Lerma, sont un petit échantillon de l'énorme patrimoine culturel et architectural de Castilla y León.

Bougies de concert Pedraza KAM5838 copie 696x464

Source: l'Adelantado de Segovia

Comme déjà assuré par la députée de l'agence de tourisme Prodestur de la Diputación, Magdalena Rodríguez, lors de la présentation aux médias du planning de cette 2021, l'institution provinciale est prête à rencontrer et à écouter tous les agents touristiques qui ont une demande ou suggestion de déménager, au profit de la promotion de la province comme destination idéale au milieu de la pandémie. De cette manière, Magdalena Rodríguez et le président du Conseil provincial, Miguel Ángel de Vicente, ont tenu hier une réunion télématique avec divers représentants de SOS Tourisme Rural.

La plate-forme, à laquelle appartiennent les propriétaires et les employés du tourisme rural de toute Castille et León et est basée à Ávila, compte actuellement plus d'une centaine de membres de notre province qui ont vu comment la crise dérivée de Covid19 conduit à une situation désespérée pour Le secteur. Pour cette raison, il y a quelques jours, ils ont demandé une réunion avec les chefs du Conseil provincial qui a finalement eu lieu hier et au cours de laquelle, entre autres, ils ont transféré au président et au député la nécessité de recevoir une aide directe ou de se soustraire à payer des impôts.

Compte tenu de l'impossibilité du Conseil provincial, en raison des pouvoirs de chaque administration, de répondre à ces demandes, Miguel Ángel de Vicente et Magdalena Rodríguez ont proposé d'agir comme intermédiaires entre la plateforme et les municipalités, la Junta de Castilla y León et le gouvernement d'Espagne et demander aux entreprises locales d'étudier la possibilité d'émettre des lignes d'aide qui, dans le cadre de la loi, permettent à ces propriétaires d'en bénéficier.

"En raison de sa proximité avec les citoyens, le Conseil provincial peut servir de pont pour envoyer des demandes de la plateforme à d'autres administrations", souligne Magdalena Rodríguez, qui, comme De Vicente, a rappelé - cependant - aux personnes présentes à la réunion, les lignes d'aide convoquée par Prodestur suite à la pandémie et destinée au secteur touristique de la province pour le paiement d'hypothèques et de loyers qui, faute de demandes, n'ont pas vu leur poste budgétaire correspondant épuisé.

Dans tous les cas, et après avoir évalué les demandes des propriétaires d'établissements de tourisme rural, le député au tourisme et le président de l'institution provinciale les ont encouragés à profiter des nouveaux bons de réduction que le Conseil provincial redistribuera entre les hébergements, entreprises d'activités touristiques, afin d'attirer et de retenir le tourisme local, dès que les restrictions de mobilité le permettent En ce sens, en outre, Miguel Ángel de Vicente et Magdalena Rodríguez ont informé les membres de SOS Tourisme rural de l'intention du Conseil provincial de promouvoir la province comme destination sûre, avec des campagnes publicitaires qui seront diffusées dans les médias, à la fois en Castille et León ainsi que dans d'autres communautés voisines, telles que Madrid ou le Pays basque, qui visent à contribuer à la reprise de l'activité des établissements de tourisme rural.

Dipu 3

source: Diputación de Segovia

L'évolution des conditions de vie, des voisins, des populations et de l'environnement, en plus d'obtenir des améliorations et un plus grand développement, laisse derrière elle une mémoire collective qui peut dans bien des cas disparaître. Ce sont les voisins plus âgés, et certains anciens fichiers sous forme de documents, qui donnent la preuve de ce qui était là, de ce qui était, et de ce qui a duré et comment cela a duré. Les fontaines ou sources anciennes font partie de ce souvenir souvent immatériel du passage du temps. Les gens du champ étaient ceux qui s'occupaient généralement de son entretien et de sa survie; car à travers eux, ils assuraient la subsistance de l'eau dans le dur travail de labour, de sillonage ou de traversée des terres, et y restant pendant de longues heures. Le recours à l'eau pour étancher la soif personnelle ou celle des animaux constituait la source des bergers et des fermiers, qui essayaient d'avoir de l'eau claire et propre à boire, et en aménageaient le sentier comme une auge pour les troupeaux, des cordes de mulets, des mâles, des chevaux, ainsi que pour le bénéfice des autres animaux de l'environnement. Le gardien municipal ou du pain, et les chasseurs avaient aussi un zèle particulier dans son entretien.

Le développement est la principale raison pour laquelle bon nombre de ces sources ou sources, qui se sont étendues tout au long du mandat municipal, ont été dans certains cas abandonnées, négligées jusqu'à ce qu'elles disparaissent, inondées ou semi-cachées. L'arrivée de la machinerie sur le terrain a été l'une des conséquences qui a conduit à une plus grande agilité du travail et des tâches, et avec elle moins de permanence dans les cultures. En outre, la diminution du cheptel ovin, qui a fait disparaître de nombreux animaux, ainsi que le nombre de bergers, les a privés d'attention. De la même manière dans le passé, le muletier, le porcher, le chevrier et le bouvier sont allés au champ, qui avec l'arrivée de l'élevage plus extensif de bétail ont cessé de paître avec leurs troupeaux.

Les sources, en plus des personnes qui se rendaient sur le terrain en permanence, étaient une ressource pour les équipes de faucheuses d'été, galiciennes et castillanes, qui étaient communes dans les tâches. Un autre facteur qui a fait diminuer ces sources a été l'arrivée de la concentration foncière en 1972. Avec la plus grande extension des parcelles, les limites et certaines pentes ont disparu.

 
La source la plus animée la plus proche de la zone urbaine est El Caño, qui a donné son nom au quartier où elle se trouve. En son temps, une zone était située à la périphérie de la ville qui a ensuite été urbanisée, et aujourd'hui elle est pleinement intégrée à la zone urbaine. Avec moules et tête de lit en granit, et deux cañotes métalliques, il a été construit en 1903 et restauré en 1997, comme le disent ses inscriptions. La source qui l'alimentait traditionnellement est située du côté de l'autoroute de Ségovie, à environ trois cents mètres de l'ornement. Le quartier en buvait de l'eau et le bétail buvait dans son bassin et ses bassins. Actuellement, c'est un élément décoratif, alimenté en eau du réseau, et une autre partie du canal naturel primitif. El Caño est l'une des icônes de Valseca, un vestige social très représentatif, un souvenir du passage des années et de la vie de la ville, et aussi dans cette dernière période utilisée dans les fêtes et les célébrations pour la blague et la trempette, de ' Tirar al pilón ', en particulier dans la célébration des fêtes locales.

Du tuyau, nous entrons dans la zone municipale. À deux kilomètres de la zone urbaine, sur le Camino de Segovia, nous avons localisé des roseaux à côté du vieux verre de terre et d'un petit ruisseau, où se trouvait l'ancienne fontaine. Les anciens disent «que là où il y a des roseaux, il y a de l'eau», et que si elle était légèrement excavée «cette source pourrait continuer à donner de l'eau». Mariano Herranz, un habitant de Valseca, nous rappelle que cette fontaine "n'était pas très appréciée des gens, en raison de sa saveur, elle ne faisait pas partie des favoris", mais elle était largement utilisée par les cavaliers comme elle l'était à au pied d'un chemin très alterné, car c'était le passage naturel vers Ségovie, non seulement pour les habitants de Valseca, mais aussi pour ceux des autres communes voisines. Florencio Llorente, 'El Chato', pasteur à la retraite, est également d'accord: "Il a créé de nombreuses sangsues, il en a bu quand il n'y avait pas d'autre choix." Llorente nous donne le témoignage d'une autre source dans cette fiche terminologique, «celle du ravin d'Andiguelas, très petite et de mauvaise qualité».

De son côté, Mariano Herranz nous pointe avec l'index plus haut, où l'on trouve d'abord la Fuente de Boones disparue, entre roseaux et quelques peupliers et où les Lagunillas de Boones, légères pousses d'eau, se trouvaient autrefois à quelques mètres. La qualité de celui-ci est décrite par Llorente comme «mauvaise, mais s'il n'en restait plus, il boirait», dit le berger, avec plus de quarante ans dans le métier, qui se souvient comment dans ses dures vicissitudes sur le terrain et le transhumance des troupeaux, "La soif était très foutue et je suis même venue boire de l'eau sur l'empreinte d'une vache ou d'un cheval."

Tout près, à un kilomètre et demi, nous avons localisé la source qui survit; est sans aucun doute la référence. Une promenade à la Fuente del Pájaro complète la promenade du Valsequeño. La descente le long du chemin de Doña Elvira nous présente un paysage spectaculaire, avec un monument qui nous regarde: l'Alcazar de Ségovie, ainsi que les montagnes et la vallée vers l'Eresma. La fontaine est une histoire et une mémoire vivante pour Valseca et Zamarramala. Il est situé entre les deux communes, bien qu'il soit vrai, qu'il se trouve sur le versant de la Valseca. Le débit d'eau est maintenu tout au long de l'année. Une grande partie du blâme pour son bon état actuel a été causée par la réhabilitation volontaire effectuée par un groupe d'habitants de Valseca à la fin des années XNUMX. Plus tard, une personne y a attaché anonymement, de manière symbolique et décorative, une belle sculpture d'oiseau en calcaire. Quelques années plus tard, les conseils agricoles de Zamarramala et de Valseca ont aménagé des bassins sur la pente comme auge pour le bétail.

En passant, nous avons quitté le terrain de l'ancienne zone dépeuplée de Boones, en contrevenant légèrement au dicton recueilli par l'ethnographe Joaquín Díaz, dans son Folklore Magazine, qui dit: "Entre Zamarramala et Valseca, l'eau s'assèche" . De retour dans la ville, et en regardant vers elle, à côté du Camino Real et près de la place de Peñasquillo, elle était située dans la rivière qui survit, la Fuente del Parralejo, des roseaux nous en donnent des indices. Toujours sur un chemin plus à droite, celui de Carrero, une autoroute, qui reliait la zone inhabitée de Boones à Valseca, la fontaine du même nom a survécu. Mais nous ne nous séparons pas de la corde qui marque le Camino Real, dont la descente et la collision avec Hontanares, "la source du Juanpreñá se trouvait, à l'endroit appelé les Viñas de Pichón, car dans le passé il y avait des vignobles ", Détaille Florencio Llorente. La zone est complétée par la source du Barranco A Medias, dans l'ancien Maletas non peuplé, très proche de la rivière Eresma, «avec beaucoup d'eau et du bien», précise Mariano Herranz.

L'un des plus grands dangers qu'une personne pouvait rencontrer en buvant de l'eau dans ces sources naturelles était qu'il y avait des sangsues, il était donc nécessaire de bien définir l'eau et de garder un œil sur sa transparence. Eh bien, il y a eu quelques frayeurs au fil du temps, "comme dans le cas d'Emilio, qui a été surnommé Oncle Sopitas, qui a été contraint de se rendre aux urgences par une sangsue et a passé un mauvais moment", rappelle la voisine Sebastiana Herranz.

A côté de la ville, nous marchons le long du ruisseau La Peña et, à droite, une petite prairie nous emmène jusqu'au Barranco Carlos; parmi son ruissellement coulait le Fuente Carlos disparu. Dans cette bande géologique plus sablonneuse, pleine de pentes abruptes, à côté d'une chute, sur le Camino de Roda de Eresma, avec de nombreuses ronces, se trouvait la Fuente de El Zarzal, «avec un sentier abondant qui atteignait le pré du terrain de football» Rappelle Llorente.

Dans une autre pente plus avancée, entre roseaux, la Fuente de El Tejón a été encastrée, à l'endroit du même nom, "avec beaucoup d'eau, mais de qualité régulière", qualifie le berger. Et à un saut de la route, une fontaine était dédiée au saint patron de Valseca, San Isidro Labrador. Il ne reste que son souvenir de la fontaine de San Isidro. Ce n'est pas le cas dans la suite, la Fuente de la Poza, "avec beaucoup d'eau, mais mauvaise", affirment nos protagonistes. Et dans cette pente du terme municipal, nous terminons avec la source de La Vega, «qui coulait à côté de la roche calcaire», dit Mariano Herranz; «Et sur lequel nous avons jadis placé un petit bec sur lequel coulait de l'eau», conclut Florencio; tous deux connaissaient la terre, la sueur, les rayons du soleil, la peau desséchée et les gorgées de ce compte de fontaines et de sources d'eau et de vie.

Et des couplets de l'ingéniosité de cette permanence ont donné à faire, comme nous le récite Mariano Herranz: «Le soleil se couche, les mottes sont déjà émerveillées, le maître nous renvoie chez nous, nos reins nous font mal».

La fontaine de l'oncle Guerras
Notre prochaine piste se dirige vers le San Medel peu peuplé. Dans ces terres aux caractéristiques plus fluviales, sur le versant de Las Arroyadas, sur des terres minières et sablonneuses, se trouvait la source de Tío Guerras, qui, comme le soulignent certains agriculteurs, «pleure de temps en temps de l'eau».

Le voisin de Valseca, Urbano De Marcos, explique que la fontaine «porte le nom de mon arrière-grand-père, Juan Hernangómez, qui était d'Encinillas, et celui qu'ils appelaient l'oncle Guerras», qui, selon lui, «descendait cette pente avec le labourait et faisait la gorge de la source, donc il est resté avec ce nom.

Au sommet de cette fontaine, celle d'El Charcón se trouvait, "c'était une grande piscine qui donnait beaucoup d'eau et qui faisait couler l'eau sur toute la pente du ravin", se souvient Llorente.

Un kilomètre plus bas, dans la zone proche d'El Vadillo, sur un terrain plat et argileux, et sur une forte pente, trois flaques d'eau claire coulaient sur le tuf. Les gens l'appelaient la source d'El Riguelo.

Ils ont conservé leur fluidité jusqu'à la fin du XXe siècle. Les importants travaux d'amélioration de la route de Cantalejo, avec lesquels la dangereuse courbe d'El Vadillo a disparu, ont faussé ces sources avec la coupe des lindazos. Actuellement, le déversement et la tache d'eau peuvent être vus dans la section latérale.

Toujours dans le ravin de Santa María, après le Vadillo, il y avait une autre source. Et plus loin dans la chasse de San Medel, sur la route qui mène d'Encinillas au moulin et à Bernuy de Porreros, à une fourche, la fontaine El Soto est restée.

Le conseil municipal étudie la récupération de plusieurs espaces
Un désir de nombreux voisins et personnes est de voir ces sources et ces espaces naturels récupérés dans le futur. De la mairie de Valseca, le maire, Alfonso Gil Benito, reconnaît que l'un des projets à l'esprit serait la récupération des sources de la municipalité, ainsi que des anciennes mines. L'idée «serait de les réhabiliter, de les documenter et de les baliser, les rendant plus attractifs pour les habitants et les visiteurs», précise-t-il, ainsi que «de récupérer des espaces naturels ou miniers intrinsèques à l'avenir de la mémoire collective de Valseca».

Pour atteindre cet objectif, «notre idée est de voir si Segovia Sur dispose de nouveaux fonds fédéraux pour la période 2021-2026, ou si elle est fournie par une autre administration de postes dans ce sens».

«Nous sommes dans une phase très initiale, mais avec l'idée de développer même partiellement ces projets», conclut le maire.

Valseca

Source: l'Adelantado de Segovia

Castilla y León était une année de plus, en 2020, la destination rurale préférée de l'Espagne, avec 944.544 nuitées, soit 48,2% de moins que l'année précédente, alors qu'elle s'élevait à 1.822.185, en raison des restrictions de mobilité couplées à la pandémie de Covid-19. Cinq des neuf provinces de la Communauté sont parmi les 15 avec le plus de nuitées dans le groupe national, avec Ávila à la cinquième place avec 201.418 126.775; León est dixième avec 117.626 110.468; avec Salamanque, Burgos et Ségovie dans les trois prochains avec 110.100 XNUMX, XNUMX XNUMX et XNUMX XNUMX, respectivement.

Selon les données publiées ce lundi par l'Institut national des statistiques (INE), dans le groupe national, les nuitées en hébergement de tourisme rural ont diminué de 46,4% en 2020; avec une baisse de 34,8% pour les résidents et de 77,4% pour les touristes étrangers.

Castilla y León a clôturé 2020 avec 340.355 voyageurs qui ont opté pour le tourisme rural dans la Communauté, dont 326.691 ressortissants et 13.665 étrangers, avec ces 944.544 nuitées, 917.498 du tourisme national et 27.046 de l'étranger, avec un séjour moyen de 2,78 jours, légèrement en dessous la moyenne nationale de 3,03.


En 2019, Castilla y León a ajouté 1.688.265 nuitées de touristes nationaux dans leurs hébergements ruraux, avec lesquels la baisse en 2020 était de 45,66%; et 133.921 2020 touristes étrangers, avec une baisse en 79,81 de 2.372%. L'offre de logements ruraux était de 20.620 110.107 l'an dernier en Castille et León, avec 12,41 15,45 lits sur les 21,21 23,74 du total national, avec un taux d'occupation par lit de 3.346, inférieur à la moyenne nationale de XNUMX; de XNUMX le week-end (XNUMX). Concernant le personnel employé, il était de XNUMX XNUMX personnes.

Rural T.

Source: l'Adelantado de Segovia

La durabilité et les ressources naturelles qu'offre la province seront les principaux paris du Conseil provincial du tourisme, dans une 2021 incertaine pour le secteur.

Parmi les nouveautés de cette année, l'organisme Prodestur lancera un programme de parcours équestres et appellera une ligne d'aide pour les communes qui souhaitent installer un parking pour camping-car dans leurs communes. L'institution provinciale demandera un plan de durabilité du tourisme pour le développement du tourisme rural et actif dans la zone délimitée par les Hoces del Duratón, les Hoces del Río Riaza et la municipalité de Riaza elle-même.

Le Laboratoire Prodestur élargira la carte des sols de la province, poursuivra ses travaux de collecte d'échantillons et d'analyse de l'eau, et concevra et étudiera différentes routes agrotouristiques

Parmi les chapitres les plus incertains pour 2021 est celui du Tourisme, qui a déjà connu un 2020 noir et fait face à la nouvelle année avec un horizon dans lequel, selon le
situation sanitaire, tout indique qu'elle devra continuer à chercher des ressources pour se réinventer et tenter de sauver la crise économique issue de la crise sanitaire.
«Nous parlons d’un secteur qui a été gravement touché et, par conséquent, à la suite des actions menées depuis mars de l’année dernière, nous continuerons à consacrer toutes nos
efforts pour soutenir les différents agents qui composent le secteur », a affirmé ce matin Magdalena Rodríguez, adjointe de Prodestur, lors de la présentation avant le
des moyens de planification pour cette année de l'organisme, à laquelle le Conseil provincial a alloué un budget similaire à celui de l'année dernière et proche d'un million d'euros.
Comme expliqué par le député, cet appui se matérialisera sous la forme de réunions périodiques avec des représentants du secteur pour y assister et tenter de satisfaire leurs demandes, l'embauche de personnel à travers les programmes d'emploi convoqués par le Conseil ou la poursuite de deux mesures telles que le cycle `` Voyageur, je vais vous apprendre Ségovie '' et les obligations Reinventa, lancés avec succès en 2020.

Covid19, comme prévu, marquera de nombreuses initiatives promues par Prodestur, qui, évaluant les scénarios possibles dérivés des restrictions
sociale et sanitaire, tentera de valoriser la durabilité et les ressources naturelles offertes par la province comme alternatives touristiques. «Cette année, nous allons nous concentrer sur
développement, innovation et modernisation des destinations et dans la digitalisation des processus associés au voyage pour un nouveau consommateur post-Covid, utilisateur à part entière du
technologie ", a annoncé Magdalena Rodríguez, indiquant qu'ils essaieraient de reprendre les marches le long du Camino de San Frutos et du Camino de Santiago -" surtout en tenant compte du fait que c'est l'année jacobéenne ", a-t-elle souligné - la célébration du V Week-end touristique et la promotion de la province en tant que destination idéale pour le cyclotourisme, améliorant la signalisation des itinéraires et en incluant plus de 2.500 kilomètres d'entre eux dans une application mobile personnalisée, et aussi comme destination idéale pour l'astrotourisme, en installant plus de deux cents des panneaux réfléchissants dans la Cañada Real Soriana lors de son passage à Ségovie; créant ainsi l'un des premiers sentiers Starlight en Espagne. En somme, et afin de continuer à faire de la province une destination dont la nature est le principal représentant, le Conseil provincial essaiera que, cette année, il puisse lancer un programme d'équitation écologique qui complète ces paris pour le cyclisme et l'astrotourisme.

En outre, le député de Prodestur a indiqué que le Conseil provincial demandera un plan de durabilité du tourisme pour le développement du tourisme rural et actif dans le triangle marqué par les Hoces del Duratón, les Hoces del Río Riaza et la municipalité de Riaza elle-même, qui, selon le député, serait d'environ trois millions d'euros de budget, financé en trois ans par le gouvernement de l'Etat, la Communauté autonome et le Conseil provincial.
 
Pour conclure avec les mesures axées sur la durabilité, Magdalena Rodríguez a souligné que Prodestur poursuivra le travail pour réduire, dans la mesure du possible, le matériel promotionnel imprimé et miser sur l'information au format numérique, en augmentant le nombre de points d'information avec un code QR et promouvoir un projet de «microplans» avec ce type de codes qui seront placés dans tous les services touristiques de la province et qui seront liés au site Web de l'agence de tourisme provinciale.
Dans son travail de diffusion des ressources culturelles, patrimoniales et naturelles de la province aux niveaux local et international, Prodestur continuera de publier des brochures, de sous-traiter des campagnes de publicité ou de mettre à disposition des membres du secteur des formations sur différents sujets qui pourraient leur être utiles. De plus, en 2021, elle contractera la création de cinq publicités promotionnelles et effectuera la traduction en anglais d'une grande partie de son site Internet, afin de toucher le plus grand nombre de voyageurs potentiels.

Enfin, et conscient que le tourisme a évolué ces dernières années pour diverses raisons, le député a indiqué que l'organisme poursuivra le travail de collecte d'informations sur les hébergements et les établissements permettant aux animaux de compagnie d'accompagner et, compte tenu de l'augmentation du tourisme des camping-cars, a annoncé l'importante création d'une ligne d'aide pour les communes intéressées par l'installation de parkings pour ce type de véhicule dans leurs localités. «Nous favoriserons le tourisme de proximité, mais nous positionnerons également notre province comme une destination tranquille et sûre offrant la possibilité de profiter
une gastronomie splendide et un hébergement de luxe situé en pleine nature », a affirmé la députée mettant fin à la partie faisant référence au tourisme qu'elle dirige depuis
Prodestur.
 
Le Laboratoire poursuivra son activité d'analyse et de conseil

Concernant l'activité du Laboratoire Prodestur, dont Magdalena Rodríguez est également responsable, la députée a annoncé trois nouvelles actions qui sont 
sera développé tout au long de 2021 à partir des installations situées à El Sotillo. En premier lieu, et précisément lié au tourisme, le Laboratoire travaillera à la conception et à l'étude d'itinéraires agrotouristiques, «dans le but de compléter les activités touristiques par des visites d'activités agricoles, d'élevage ou artisanales représentatives de
la province". D'autre part, et davantage lié à son activité habituelle, le Laboratoire élargira la carte des sols de la province, y compris l'analyse des eaux d'irrigation, augmentant la base de données sur les sols de la région d'El Carracillo dans dix autres municipalités. Actuellement, afin d'améliorer les informations disponibles sur la solubilité des engrais dans la zone et la disponibilité des nutriments pour les plantes.

Dernière nouveauté - bien qu'elle ait débuté fin 2020 -, Magdalena Rodríguez a souligné que le Conseil provincial offrira aux municipalités un service de collecte d'échantillons pour l'analyse périodique des eaux usées municipales pouvant permettre une détection précoce de la présence du SRAS - Virus CoV -2. Le Laboratoire maintiendra également la gestion de l'eau potable, la surveillance et le contrôle sanitaire des piscines de la province, et la fourniture des plus d'une centaine d'analyses qui couvrent les besoins analytiques actuellement demandés au secteur agricole. En revanche, et en ce qui concerne les marques de qualité, les travaux menés ces dernières années déboucheront en 2021 sur les premiers travaux d'autocontrôle pour les marques collectives de tomates Martín Muñoz de las Posadas et pour les pois chiches Labajos. Enfin, le député a annoncé que Prodestur continuerait à conseiller sur l'interprétation des résultats des analyses et accréditerait de nouvelles méthodes de test, essayant de positionner le Laboratoire comme un organisme prestigieux dans le domaine et un leader dans les analyses effectuées.
 
Source: Députation de Ségovie
 
MagdalenaRetocada.jpg